1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Jacqueline Sauvage : sa demande de libération à nouveau rejetée
2 min de lecture

Jacqueline Sauvage : sa demande de libération à nouveau rejetée

La femme de 68 ans, condamnée à dix ans de réclusion pour le meurtre de son mari, avait été partiellement graciée par François Hollande.

Un rassemblement pour la libération de Jacqueline Sauvage le 23 janvier 2016 place la Bastille à Paris.
Un rassemblement pour la libération de Jacqueline Sauvage le 23 janvier 2016 place la Bastille à Paris.
Crédit : SEVGI/SIPA
La rédaction numérique de RTL & AFP

Jacqueline Sauvage va rester en prison. La cour d'appel de Paris a rejeté ce jeudi 24 novembre sa nouvelle demande de libération conditionnelle. Devenue un symbole des victimes de violences conjugales, elle avait été condamnée à dix ans de prison pour le meurtre de son mari qui la battait. Partiellement graciée par François Hollande en janvier dernier, la femme de 68 ans se disait confiante.

Le 12 août, le tribunal d'application des peines de Melun, en Seine-et-Marne, avait déjà refusé de la libérer malgré la position du parquet qui soutenait sa demande. Pour cette deuxième demande, plus rien ne semblait s'opposer à sa libération. Lors d'une audience qui s'est tenue à huis clos le 27 octobre, l'avocat général ne s'est pas opposé à sa requête, selon une source judiciaire. Selon la défense, le magistrat a estimé que les critères étaient "réunis", "sous réserve de l'obtention de l'avis du procureur" du ressort du lieu d'hébergement qu'elle a "choisi" et sous réserve d'un contrôle de la faisabilité technique d'un placement sous bracelet électronique.

Un dossier plus solide

Jacqueline Sauvage avait ainsi présenté un tout nouveau dossier. En première instance, elle avait choisi d'habiter chez sa fille dans le Loiret, un choix loin d'être idéal aux yeux des juges car situé à quelques kilomètres des lieux où elle a tué son mari. Cette fois, elle avait indiqué une autre adresse plus adaptée. Elle avait également répété qu'elle était prête à porter un bracelet électronique pour être libre et retrouver enfin ses filles.

Le 10 septembre 2012, Jacqueline Sauvage a tué son époux de 65 ans de trois coups de fusil dans le dos, à la Selle-sur-le-Bied (Loiret). En première instance en octobre 2014, comme en appel en décembre 2015, elle a été condamnée à dix ans de réclusion criminelle. À chaque fois, la cour d'assises, composée de magistrats professionnels et de jurés populaires, avait écarté la préméditation de son geste. Ses trois filles avaient témoigné à charge contre leur père, expliquant avoir été violées et battues comme l'était leur mère.

À écouter aussi

Lors du second procès, devant les assises du Loir-et-Cher, l'avocat général avait estimé que "la légitime défense n'est absolument pas soutenable". Les avocates de Jacqueline Sauvage avaient plaidé l'acquittement, appelant à "repousser les limites de la légitime défense appliquée aux situations de violences conjugales". De manifestations en pétitions, la condamnation de Jacqueline Sauvage avait alors suscité une vague d'indignation.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier