1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Isère : un forcené de 52 ans abattu par la police à Échirolles
1 min de lecture

Isère : un forcené de 52 ans abattu par la police à Échirolles

REPLAY - L'homme de 52 ans, tué de cinq balles dont une dans la tête, aurait menacé son voisin avec une machette ce vendredi 28 octobre.

Un véhicule de la police nationale (Illustration)
Un véhicule de la police nationale (Illustration)
Crédit : ERIC PIERMONT / AFP
RTL Week-end du 29 octobre 2016
02:37:14
Isère un forcené de 52 ans abattu par la police à Échirolles
01:19
Homme abattu à Échirolles : "Pour moi, c'est une bavure", dénonce sa veuve
01:26
Isère : un forcené de 52 ans abattu par la police à Échirolles
01:08
"Aidez-moi !" : François Fillon lance un appel aux électeurs à Nice
01:18
Serge Pueyo & Ludovic Galtier

Les circonstances restent à éclaircir après la mort d'un habitant d'Échirolles (Isère) : il a été abattu par la police. L'homme a été touché de cinq balles après avoir menacé un voisin avec une machette. Les policiers de la Brigade anti-criminalité, qui sont intervenus, vont devoir s'expliquer. Le procureur a saisi la police des polices car il y a des zones d'ombre dans cette intervention.

En début de soirée, les policiers ont été appelés pour un différend entre voisins dans cette commune de la banlieue de Grenoble. Deux équipages de police, dont un de la Bac, arrivent sur place. Ils se sont retrouvés face à un homme visiblement alcoolisé et armé d'une machette. L'individu se trouve dans son jardin, il jette alors sa machette à terre et se saisit d'un objet que les policiers identifient comme une arme. Les fonctionnaires de police font alors feu.

L'homme, âgé de 52 ans et connu des services de police, est touché de cinq balles, dont une dans la tête. Il est tué sur le coup. Le procureur de Grenoble, qui a confirmé la présence de l'arme, a décidé de placer les cinq policiers présents sur les lieux en garde à vue. Elle a depuis été levée, selon une information de nos confrères du Dauphiné Libéré. Cela ne préjuge pas d'une éventuelle bavure : il s'agit de "déterminer avec précision les circonstances du drame et de mener une enquête objective", avait précisé quelques heures auparavant Jean-Yves Coquillat, le procureur, qui a saisi l'IGPN.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/