1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Interdiction du flashball : "Il faut que les unités légères soient en mesure de se défendre", dit un policier
1 min de lecture

Interdiction du flashball : "Il faut que les unités légères soient en mesure de se défendre", dit un policier

REPLAY - Après la demande de Jacques Toubon d'interdire le flashball lors des manifestations, la police voit en cette arme intermédiaire un moyen de ne pas utiliser directement l'arme à feu dans des situations dangereuses.

Un policier armé d'un flashball (photo d'illustration)
Un policier armé d'un flashball (photo d'illustration)
Crédit : ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Les policiers revendiquent l'utilité d'avoir à disposition une arme comme le flashball
01:42
Cindy Hubert & Julien Quelen

Après l'affaire d'un adolescent de 14 ans blessé dans la nuit du 13 au 14 juillet dernier par un tir de flashball, Jacques Toubon a demandé l'interdiction de l'utilisation de l'arme policière lors des manifestations. Pour le Défenseur des Droits, le ministère de l'Intérieur sous-estime le danger de ces armes intermédiaires, comme le lanceur de balles de défense ou le flashball super-pro, qui peuvent être imprécises et se montrer très dangereuses.  

"Compte tenu des blessures, compte tenu du danger que provoquent ces appareils, il est absolument indispensable que l'on n'arrête de les utiliser pour un moment et que l'on réfléchisse", a ainsi déclaré l'ancien ministre de François Mitterrand. Les policiers, eux, répondent que ces armes sont utiles à leur protection car le flashball permet de ne pas utiliser directement l'arme à feu, comme l'explique Nicolas Conte du syndicat SGP police au micro de RTL

Un moyen de défense pour les unités dites "légères"

"Quand on a à faire à des petits groupes de casseurs extrêmement violents et qu'il faut éventuellement aller les interpeller ou les empêcher de commettre un certain nombre de dégradations, il faut que les unités un peu légères qui sont envoyées, je pense notamment aux brigades anti-criminalité, soient en mesure de se défendre. On a eu par exemple au mois de février, à Nantes, des manifestations extrêmement violentes dans lesquelles on a eu des dizaines de policiers blessés". 

Dans sa démarche, Jacques Toubon est accompagné d'une dizaine de personnes blessées parfois gravement par des tirs de flashball. Il y a quelques mois, un premier policier a été condamné à un an de prison avec sursis pour avoir fait usage de son arme intermédiaire. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/