2 min de lecture Isère

Forcené abattu à Échirolles : "Pour moi, c'est une bavure", dénonce sa veuve

DOCUMENT RTL - Cinq policiers ont été placés en garde à vue après avoir tué un homme qu'ils disent armé d'une arme de poing. Elle a depuis été levée.

Bernard Poirette RTL Week-end Bernard Poirette
>
Homme abattu à Échirolles : "Pour moi, c'est une bavure", dénonce sa veuve Crédit Image : Fred Dufour - AFP | Crédit Média : Serge Pueyo | Durée : | Date : La page de l'émission
Serge Pueyo et Ludovic Galtier

Un homme de 51 ans a été abattu de cinq balles, dont une dans la tête, dans son jardin par les policiers de la Bac. L'individu, d'abord en possession d'une machette, se serait saisi d'un objet que les policiers ont identifié comme une arme. Un différend entre voisins aurait tout déclenché. Les policiers affirment avoir tiré lorsque le quinquagénaire a tenté de sortir une arme de poing. Au micro de RTL, sa veuve, qui n'a pas assisté à la scène, dénonce une bavure policière.

"J'ai l'impression qu'il a été abattu comme une merde, en parlant poliment. Pour moi, c'est une bavure, une grosse bavure. Vous vous rendez compte cinq balles. Ils auraient pu le blesser, au lieu de le tuer directement. Ce n'était pas un homme méchant et on ne tire pas sur les gens comme ça quand même. Je n'arrive pas à accepter qu'ils l'aient tué comme ça. Je vais porter plainte de toute façon, je ne vais pas laisser l'affaire comme ça", explique-t-elle.

Comment cela peut être permis de tuer les gens comme ça ?

Coralie, veuve du forcené abattu par des policiers à Échirolles
Partager la citation

Coralie "ne croit pas" que son mari était en possession d'une arme. "Je sais ce qu'il y a chez moi. Ils ont cru voir. On peut en faire avec des si et des là... Il n'avait que 51 ans, il allait être grand-père en plus. On se retrouve quatre enfants et une femme toute seule à cause d'eux. Comment cela peut être permis de tuer les gens comme ça ? Ce n'est pas possible. Que justice soit faite. Je suis en colère, je leur en veux."

À lire aussi
Maëlys a disparu dans la nuit du 26 au 27 août 2017 lors d'un mariage Disparition de Maëlys
Affaire Maëlys : les explications de Nordahl Lelandais mises à mal par l'autopsie

Le procureur de Grenoble a décidé de placer les cinq policiers présents sur les lieux en garde à vue. Elle a depuis été levée, selon une information de nos confrères du Dauphiné LibéréCela ne préjuge pas d'une éventuelle bavure : il s'agit de "déterminer avec précision les circonstances du drame et de mener une enquête objective", avait précisé quelques heures auparavant Jean-Yves Coquillat, le procureur, qui a saisi l'IGPN.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Isère Échirolles Grenoble
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785502423
Forcené abattu à Échirolles : "Pour moi, c'est une bavure", dénonce sa veuve
Forcené abattu à Échirolles : "Pour moi, c'est une bavure", dénonce sa veuve
DOCUMENT RTL - Cinq policiers ont été placés en garde à vue après avoir tué un homme qu'ils disent armé d'une arme de poing. Elle a depuis été levée.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/homme-abattu-a-echirolles-pour-moi-c-est-une-bavure-denonce-sa-veuve-7785502423
2016-10-29 09:07:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/U9g1Z4g9lS072i2_3Q2IFQ/330v220-2/online/image/2013/1117/7766908906_un-vehicule-de-la-brigade-anti-criminalite-bac-de-lyon-photo-d-illustration.jpg