2 min de lecture Faits divers

Crash du Rio-Paris : les pilotes mis en cause par une contre-expertise

Plus de huit ans après l'accident du vol Rio-Paris, la nouvelle expertise ordonnée par la justice met en cause les pilotes d'Air France et indigne les familles de victimes qui craignent de voir Airbus échapper aux poursuites.

La queue de l'A330 du vol Rio-Paris d'Air France retrouvée le 8 juin 2009. (archives)
La queue de l'A330 du vol Rio-Paris d'Air France retrouvée le 8 juin 2009. (archives) Crédit : AFP / BRAZILIAN NAVY
Laure-Hélène de Vriendt
Laure-Hélène de Vriendt
et AFP

C'est un nouveau chapitre qui s'ouvre dans l'enquête sur le crash du vol AF447, qui reliait Rio à Paris. L'Airbus A330 s'est abîmé dans l'Océan Atlantique, au large du Brésil, le 1er juin 2009 et a fait 228 morts, l'ensemble des passagers et des membres d'équipage. Un rapport provisoire, remis aux juges le 20 décembre dernier, établit que la "cause directe" de l'accident "résulte des actions inadaptées en pilotage manuel" de l'équipage. 

"Le pilotage manuel a été imposé par la déconnexion du pilote automatique consécutive au givrage des sondes" Pitot, ajoutent les trois experts. Ils listent ensuite une série de "causes indirectes", notamment une "insuffisance d'entraînement de l'équipage au pilotage à haute altitude", "une absence de formation au travail en équipage" à deux copilotes et l'absence initiale du commandant de bord. 

Parmi les causes indirectes, les experts pointent également "l'ambiguïté du classement de la procédure Stall", l'alarme de décrochage mal interprétée par les pilotes, dans la documentation d'Airbus et d'Air France ainsi qu'une insuffisance dans la certification des sondes Pitot

Airbus intouchable ?

Le point de départ de l'accident est un givrage en vol des sondes Pitot, qui a conduit à un dérèglement des mesures de vitesse de l'Airbus A330 et désorienté les pilotes. Les défaillances de l'équipage ont d'abord été montrées du doigt, mais une première expertise judiciaire rendue à l'été 2012 pointait aussi des problèmes techniques et un déficit d'information des pilotes en cas de givrage des sondes, malgré une série d'incidents antérieurs. 
                   
"Nous ressentons la plus grande indignation, à la limite de l’écœurement", a réagi Danièle Lamy, présidente de l'association de victimes Entraide et solidarité AF447. "Le problème des sondes Pitot est balayé, on a l'impression qu'Airbus est intouchable", s'est émue la représentante de 360 proches de victimes françaises, brésiliennes et allemandes. "C'est toujours la faute des pilotes qui ne sont pas là pour se défendre", a-t-elle ajouté. 

Le vol Rio-Paris a diparu en juin 2009 avec 229 passagers à son bord.
Le vol Rio-Paris a diparu en juin 2009 avec 229 passagers à son bord. Crédit : HO / BRAZILIAN NAVY / AFP
À lire aussi
L'intérieur d'un bus (illustration) bouches-du-rhône
Bouches-du-Rhône : une conductrice de bus agressée sexuellement à Martigues

Pour maître Yassine Bouzrou, avocat de familles de victimes, "ces éléments sont suffisants pour justifier le renvoi devant le tribunal correctionnel d'Air France et Airbus". Air France a indiqué dans un communiqué ne "pas souscrire aux conclusions qui conduisent notamment à la mise en cause sévère de l'équipage disparu", dont elle entend "défendre la mémoire".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Crash Airbus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants