2 min de lecture Faits divers

Collision à Millas : "J'ai besoin que ça avance", réagit la mère d'une des victimes

Céline Conreux, mère d'Allan, décédé dans l'accident de car à Millas le 14 décembre dernier, a raconté la manière dont elle a appris la mort de son fils. Alors que l'enquête piétine, elle demande des réponses.

Les familles des six collégiens qui ont perdu la vie dans l'accident de car à Millas attendent toujours des réponses
Les familles des six collégiens qui ont perdu la vie dans l'accident de car à Millas attendent toujours des réponses Crédit : RAYMOND ROIG / AFP
Thibaut Deleaz
Thibaut Deleaz
Journaliste RTL

"J'ai besoin de réponses." Trois mois après la collision entre un car et un TER à Millas (Pyrénées-Orientales) qui a tué six collégiens, la mère d'Allan, décédé à 12 ans dans l'accident, témoigne sur France 3 lundi 12 mars.

Très émue, Céline Conreux raconte la manière dont elle a appris la mort de son fils. "On nous a fait attendre quatre heures comme ça, sans rien nous dire", déplore-t-elle. Quand on l'appelle enfin, "j'étais contente de me lever je me suis dit : 'Enfin je vais voir mon fils'", raconte-t-elle.

Mais on lui demande d'entrer dans un petit bureau et de s'asseoir. On lui annonce alors que son fils est décédé, et qu'il se trouve à Montpellier. "Si vous voulez le voir, allez à Montpellier", lui dit-on. Aucune prise en charge, et on l'invite à rentrer chez elle, se souvient Céline Conreux.

À lire aussi
Le deuxième arrondissement de Marseille Marseille
Marseille : une employée du département se tue en sautant du neuvième étage

"J'ai besoin que ça avance", implore-t-elle, demandant des réponses sur ce qu'il s'est passé. "Au début je pense qu'on ne se rend pas compte, et plus ça va, plus il y a le manque."

Où en est l'enquête ?

L'audition par le juge d'instruction des familles des six enfants qui ont perdu la vie dans l'accident de Millas débute mardi 13 mars à Marseille (Bouches-du-Rhône). Une question centrale est toujours en suspens dans l'affaire : les barrières du passage à niveau étaient-elles ouvertes ou fermées ?

Entendue par les juges le 21 février dernier, la conductrice du car a maintenu que "les barrières étaient levées et que le feu ne fonctionnait pas" au moment de son passage, a rapporté son avocat. Elle est "effondrée au souvenir des enfants du bus", a-t-il ajouté.

Face à elle, plusieurs témoignages évoquent des barrières fermées. C'est ce que soutiennent notamment le conducteur du TER qui a percuté l'autocar, une collégienne assise au premier rang du bus et deux hommes présents dans leur voiture au passage à niveau au moment du drame. 

Les premières constatations menées par les gendarmes sur place ont permis de relever "plusieurs éléments évocateurs d'un passage à niveau fermé". Un rapport d'expertise est toujours attendu par les enquêteurs pour tenter de faire la lumière sur ce drame.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Accident Collège
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792605993
Collision à Millas : "J'ai besoin que ça avance", réagit la mère d'une des victimes
Collision à Millas : "J'ai besoin que ça avance", réagit la mère d'une des victimes
Céline Conreux, mère d'Allan, décédé dans l'accident de car à Millas le 14 décembre dernier, a raconté la manière dont elle a appris la mort de son fils. Alors que l'enquête piétine, elle demande des réponses.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/collision-a-millas-j-ai-besoin-que-ca-avance-reagit-la-mere-d-une-des-victimes-7792605993
2018-03-13 13:33:07
https://cdn-media.rtl.fr/cache/eeoZexxU0Ttx0T4WKDnWQw/330v220-2/online/image/2018/0313/7792606746_les-familles-des-six-collegiens-qui-ont-perdu-la-vie-dans-l-accident-de-car-a-millas-attendent-toujours-des-reponses.jpg