3 min de lecture Carcassonne

Carcassonne : ce que l'on sait de l'homme arrêté qui préparait un attentat

ÉCLAIRAGE - Un homme de 22 ans, fiché S, a été interpellé dans l'Aude le 13 juin. Il projetait d'abattre des touristes et des membres des forces de l'ordre.

Le siège de la DGSI à Levallois-Perret, le 1er juin 2014
Le siège de la DGSI à Levallois-Perret, le 1er juin 2014 Crédit : AFP / THOMAS SAMSON
109127536140888961261
Ludovic Galtier
Journaliste RTL

Après la tuerie contre deux policiers à Magnanville (Yvelines) perpétrée par Larossi Abballa et revendiquée par Daesh, un attentat a-t-il été déjoué par les enquêteurs de la DGSI ? Un homme de 22 ans soupçonné de vouloir commettre un acte terroriste a été interpellé en possession d'une machette et un couteau lundi 13 juin à la gare de Carcassonnedans l'Aude. D'abord placé en garde à vue à Toulouse pour "association de malfaiteurs en vue de préparer un acte terroriste", il a été transféré au siège de la DGSI à Levallois-Perret jeudi 16 juin. Comme le veut la procédure dans le cadre d'une affaire terroriste, sa garde à vue peut durer jusqu'à 96 heures.

Selon Le Monde, le même jour que son arrestation, le parquet antiterroriste de Paris avait ouvert une enquête pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste criminelle, "sur la base de renseignements et compte tenu de la crainte d’un passage à l’acte imminent", indique une source judiciaire.

Fiché S, assigné à résidence et diagnostiqué schizophrène

Originaire de Lunel (Hérault), qu'il a quittée à l'âge de 18 ans, ce jeune converti à l'islam depuis 2014 était fiché S par les services de renseignement, comme le rapporte La Dépêche. Il était également assigné en résidence dans le Gers en raison de l'état d'urgence. Domicilié à L'Isle-Jourdain (Gers), il a reconnu lors de son interrogatoire préparer une attaque contre des touristes américains et anglais et notamment des bus, puis avoué projeter un attentat contre les forces de l'ordre, policiers et militaires.

À lire aussi
Une vue du supermarché où une prise d'otages a eu lieu vendredi 23 mars dans l'Aude à Trèbes au nom de l'État islamique enquête
Attentats dans l'Aude : Radouane Lakdim voulait "mourir en martyr"

Le suspect, au casier judiciaire vierge, pourrait être déferré devant le parquet antiterroriste de Paris une fois sa garde à vue terminée. D'après les informations d'Europe 1, "cet individu qui se réclame des thèses djihadistes est par ailleurs diagnostiqué schizophrène, et a déjà séjourné dans un centre d'accueil, dans le Tarn. Pour l'instant, il est toutefois considéré comme apte à être entendu." Dans le quotidien Le MondeMe Jocelyn Momasso Momasso, son avocat, ajoute que "c'est un jeune homme fragile qui ne travaillait pas". 

"Venger les souffrances de ses frères bombardés en Irak et en Syrie"

Pour qualifier son client, l'avocat du suspect emploie le mot "désœuvré". Il le serait même sur plusieurs plans : familial, social, professionnel. "Il a trouvé via les réseaux sociaux une sorte de famille." Dans une interview accordée à nos confrères de La Dépêche, l'avocat donne des bribes de ce qui pourrait ressembler à des revendications. "Mon client voulait mourir en martyr. En accomplissant les actes pour lesquels il a été interpellé, il a la sensation de venger les souffrances de ses frères continuellement bombardés en Irak et en Syrie par la coalition internationale et plus précisément par les Russes et les Américains. Même si le mode opératoire peut rappeler le drame de Mantes-la-Jolie (Magnanville, ndlr), le gardé à vue avait plutôt des revendications liées à la politique internationale ainsi qu’aux conflits syrien et irakien."

D'après Le Monde, le suspect "avait notamment été convoqué pour un entretien administratif à la DGSI en 2015, au cours duquel il avait admis des sympathies pour le "califat" fondé par Daesh".

Une radicalisation sur Internet

Toujours selon son avocat, "il regardait des vidéos de décapitation et en rêvait la nuit". Internet, Facebook et notamment Telegram, messagerie prisée par les jihadistes de l'État islamique... Dans l'impossibilité financière de se rendre en Syrie, le terroriste en puissance avait annoncé sur les réseaux sociaux qu'il passerait prochainement à l'acte après, selon Le Monde, avoir obtenu "l'aval d'un émir français basé en Syrie". C'est la raison pour laquelle son interpellation a été déclenchée le 13 juin.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Carcassonne Daesh Attentat
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7783715933
Carcassonne : ce que l'on sait de l'homme arrêté qui préparait un attentat
Carcassonne : ce que l'on sait de l'homme arrêté qui préparait un attentat
ÉCLAIRAGE - Un homme de 22 ans, fiché S, a été interpellé dans l'Aude le 13 juin. Il projetait d'abattre des touristes et des membres des forces de l'ordre.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/carcassonne-ce-que-l-on-sait-de-l-homme-interpelle-qui-preparait-un-attentat-contre-des-touristes-et-des-policiers-7783715933
2016-06-17 12:37:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/0NneJNWpQ78OYxyz6doehw/330v220-2/online/image/2015/0716/7779109727_le-siege-de-la-dgsi-a-levallois-perret-le-1er-juin-2014.jpg