1 min de lecture Bourges

Bourges : le chirurgien accusé d'homicide suspendu quatre mois

Un chirurgien urologue de l'hôpital de Bourges est accusé d'homicide après le décès d'un de ses patients lors d'une opération de la prostate décrite comme "une boucherie".

Un patient est décédé au centre hospitalier Jacques-Coeur, à Bourges, durant une opération de la prostate (illustration).
Un patient est décédé au centre hospitalier Jacques-Coeur, à Bourges, durant une opération de la prostate (illustration). Crédit : ALAIN FOUGERAY / AFP
Geoffroy Lang
Geoffroy Lang

Il s'agissait normalement d'une opération bénigne mais elle a pourtant tourné au drame. Le 14 janvier dernier, Henri Latour, entré à l'hôpital de Bourges pour une opération de la prostate, est décédé au bloc opératoire au cours d'une intervention que le personnel médical présent avait décrite comme une "boucherie". Le chirurgien-urologue qui avait opéré la victime a été interdit d'exercice pour une durée de 6 mois, dont 4 mois ferme, par le conseil de l'Ordre des médecins de la région Centre. Une information judiciaire pour homicide involontaire a également été ouverte le 31 mai par le procureur de la République de Bourges, rapporte FranceTV Info.

Une plainte avait été déposée par la famille de la victime à l'encontre du praticien hospitalier. La famille de la victime avait commencé à suspecter une anomalie lorsqu'elle a appris que l'urologue avait été écarté des blocs opératoires par la direction de l'hôpital Jacques-Cœur depuis 14 janvier. Après avoir pu obtenir le compte-rendu du bloc opératoire dressé par l'anesthésiste présent ce jour-là, la famille avait découvert le déroulé effroyable de l'opération qui avait coûté la vie d'Henri Latour.

Le médecin y décrit un acte opératoire marqué par "des gestes brutaux et violents à l'origine des fortes pertes hémorragiques, plus de 5 litres". "Nous sommes tous parvenus à la conclusion que cette intervention était une véritable boucherie, indigne de n'importe quel bloc opératoire", pouvait-on lire dans la conclusion du rapport.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bourges Médecine Médecins
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants