1 min de lecture Corse

VIDÉO - Bastia : violents affrontements entre nationalistes corses et forces de l'ordre

Des dizaines de jeunes individus ont lancé des projectiles contre des gendarmes, en marge d'une manifestation.

micro générique RTL Soir Week End Philippe Robuchon iTunes RSS
>
Violents incidents à Bastia : les précisions du préfet de Haute-Corse Crédit Image : PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP | Crédit Média : Céline Landreau / RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Julien Absalon
Julien Absalon
et AFP

Le climat est délétère à Bastia. En marge d'une manifestation de soutien à de jeunes nationalistes corses condamnés pour un attentat commis en 2012, de violents incidents ont éclaté samedi 15 octobre dans le centre-ville. "À ce stade, aucun blessé n'a été recensé", précise le préfet de Haute-Corse, Alain Thirion, contacté par RTL en début de soirée.

Des membres des forces de l'ordre ont été directement visés par des manifestants cagoulés qui ont notamment jeté des cocktails Molotov sur des voitures de police. "Au moment de la dispersion [de la manifestation], on a relevé un groupe de 50 à 70 personnes qui ont attaqué les forces de l'ordre", ajoute le préfet. Des individus ont également commencé à incendier la poste centrale, avant que des pompiers ne viennent circonscrire le départ de feu. Plusieurs véhicules de particuliers et des forces de l'ordre ont également été mis en flammes, à l'aide de cocktails Molotov. Pour riposter, les CRS et les gendarmes mobiles ont fait usage de grenades lacrymogènes et de leurs lanceurs de balle de défense (Flash-Ball).

Auparavant, la manifestation, à laquelle ont participé quelque 1.500 personnes selon la police, 4.000 selon les organisateurs, s'était déroulée sans incident. Elle visait à soutenir trois jeunes nationalistes, âgés de 22 à 24 ans, condamnés le 6 octobre dernier à des peines de prison ferme pour un attentat à la voiture bélier contre la sous-préfecture de Corse le 1er avril 2012.

Les élus corses avaient appelé au calme

Les partis nationalistes, majoritaires à l'assemblée de Corse, et la Ligue des droits de l'homme avaient appelé à manifester. Plusieurs rassemblements ont déjà dégénéré en Corse depuis le verdict de la cour d'assises spéciale de Paris.

À lire aussi
Le Parlement européen en 2017 élections européennes
Les résultats des européennes 2019 en Corse par département

Avant la manifestation de samedi, des consignes de calme avaient été lancées par les dirigeants corses, notamment les présidents du Conseil exécutif de la Collectivité territoriale, Gilles Simeoni, et celui de l'assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni, présent dans la manifestation, de même que le maire nationaliste de Bastia, Pierre Saveli, et de nombreux élus.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Corse Bastia Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants