2 min de lecture Air Cocaïne

Air cocaïne : le parquet demande le maintien en détention des pilotes

L'avocat général a demandé à ce que Bruno Odos et Pascal Fauret restent écroués pour ne pas échanger avec d'autres mis en examen.

Pascal Fauret et Bruno Odos le 4 février 2014 lors de leur procès en République dominicaine.
Pascal Fauret et Bruno Odos le 4 février 2014 lors de leur procès en République dominicaine. Crédit : ERIKA SANTELICES / AFP
Geoffroy Lang
Geoffroy Lang

L'avocat général a requis le maintien en détention de Bruno Odos et de Pascal Fauret, les pilotes mis en cause dans l'affaire Air cocaïne, devant la cour d'appel d'Aix-en-Provence mercredi 18 novembre. Les deux français sont soupçonnés d'avoir pris part à un trafic international de drogue. Les deux hommes, après avoir fui la République dominicaine, avaient fait appel de leur placement en détention provisoire en France le 4 novembre. La chambre de l'instruction rendra sa décision jeudi.

L'avocat général Marc Gouton a justifié ses réquisitions par la nécessité d'écarter tout risque de concertation avec d'autres mis en examen, les juges d'instruction devant procéder à de nouvelles auditions des pilotes et à des confrontations. Évoquant les "soutiens déterminés, mobilisés avec des moyens importants pour exfiltrer les pilotes de République dominicaine", M. Gouton a clairement évoqué un risque de fuite :  "Voyant peut-être la perspective d'une lourde sanction, est-ce que ces mêmes moyens ne se mobiliseraient pas à nouveau pour une autre destination où le mandat d'arrêt international de la République dominicaine serait difficile à exécuter". 

Trois vols douteux dans le collimateur de la justice

Les deux pilotes ont à s'expliquer sur des SMS énigmatiques, d'éventuelles commissions proposées par les organisateurs de trois vols transatlantiques litigieux, et sur des valises chargées de cocaïne trouvées dans le Falcone 50 qu'ils pilotaient. Lors de leur interpellation le 19 mars 2013 à Punta Cana, vingt-six valises contenant 700 kilos de cocaïne avaient été découvertes dans la soute et la cabine.

Les deux hommes continuent pourtant de clamer leur innocence. "Je ne fais pas partie d'une bande organisée, d'une mafia", a martelé Pascal Fauret, avant de poursuivre, "on m'a cassé, on m'a coupé les ailes". Bruno Odos a justifié leur fuite de République dominicaine où ils étaient assignés à résidence et sous contrôle judiciaire dans l'attente de leur procès en appel. "J'ai quitté la République dominicaine pour quitter un pays qui ne nous a pas écoutés du tout et nous a condamnés injustement" à vingt ans de prison, a expliqué le pilote.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Air Cocaïne Trafic routier Cocaïne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants