2 min de lecture Manifestations

Affaire Théo : des heurts à Paris entre manifestants et policiers

Une nouvelle manifestation de soutien au jeune homme, violemment interpellé à Aulnay-sous-Bois le 2 février, a fait l'objet d'affrontements avec la police.

Des heurts ont éclaté et des poubelles ont été brûlées à Barbès, en marge d'une manifestation de soutien à Théo, mercredi 15 février.
Des heurts ont éclaté et des poubelles ont été brûlées à Barbès, en marge d'une manifestation de soutien à Théo, mercredi 15 février. Crédit : PHILIPPE LOPEZ / AFP
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier
et AFP

"Violences policières : fin de l'impunité", "Face à la violence policière, soyons ingouvernables". Treize jours après la violente arrestation de Théo, ce jeune homme de 22 ans victime d'une pénétration à la matraque au cours d'un contrôle d'identité à Aulnay-sous-Bois, les mobilisations de soutien se poursuivent. Après Bobigny le 11 février, 400 manifestants (selon la police), qui défilaient en scandant par intermittence "tout le monde déteste la police" ou "la police est raciste" se sont donnés rendez-vous dans le nord de Paris, plus précisément à Barbès, pour dénoncer les violences policières.

En marge de l'événement pacifique sur le papier, la manifestation a donné lieu à des heurts entre policiers et plusieurs militants antifascistes et anarchistes. Certains d'entre eux, cagoulés ou masqués, ont allumé des fumigènes, mis le feu à des poubelles, jeté quelques bouteilles et d'autres projectiles à destination des policiers, qui ont répliqué avec des gaz lacrymogènes.

En conséquence, la station de métro a été fermée et certains commerçants ont été contraints de plier boutique. Une partie de la circulation a par ailleurs été bloquée aux alentours et des riverains sont restés bloqués en dehors du périmètre jusqu'au retour au calme, intervenu aux alentours de 20 heures. 

D'autres cortèges se sont également formés en région parisienne mais aussi à Rennes. 500 personnes ont défilé à Lille et 150 personnes se sont retrouvées dans les rues de Rouen, où des débordements ont été constatés. Deux personnes ont été légèrement blessées et 21 autres interpellées, selon les chiffres de la préfecture de Seine-Maritime.

À lire aussi
Edouard Philippe, lors de la présentation de la réforme des retraites, le 11 décembre 2019 réforme des retraites
Retraites : les conducteurs RATP/SNCF touchés par la réforme à partir de la génération 85

Le climat de tension est palpable depuis le 4 février à Paris et dans sa banlieue (12 personnes ont été interpellées, neuf en Île-de-France, dont six en Seine-Saint-Denis) malgré les appels au calme répétés par Théo, sa famille et le gouvernement. La justice est actuellement à l'oeuvre pour tenter de déterminer les responsabilités des quatre policiers, auteurs de l'interpellation de Théo le 2 février. L'un d'entre eux a été mis en examen pour viol.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Manifestations Faits divers Banlieue
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants