1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. 832 cheminots marocains demandent réparation à la SNCF
1 min de lecture

832 cheminots marocains demandent réparation à la SNCF

REPLAY - La SNCF est accusée d'avoir utilisé de la main d’œuvre moins chère pour faire le même travail que les cheminots français. Le procès s'ouvre aujourd'hui aux Prud'hommes à Paris.

Un cheminot de la SNCF travaille sur une caténaire (illustration)
Un cheminot de la SNCF travaille sur une caténaire (illustration)
Crédit : AFP PHOTO / PATRICK HERTZOG
832 cheminots marocains demandent réparation à la SNCF
00:01:02
Christophe Ponzio & James Abbott

Plus de 800 cheminots de nationalité ou d'origine marocaine demandent "réparation" à la SNCF pour discrimination durant leur carrière. Le Conseil des Prud'hommes de Paris a commencé ce lundi l'examen des recours déposés contre la SNCF par ces 832 cheminots qui affirment avoir été bloqués dans leurs carrières et pénalisés à la retraite.

L'audience s'est ouverte en présence de 150 cheminots et de quelques veuves, serrés dans la plus grande salle du Conseil des Prud'hommes. Environ 200 dossiers devaient être examinés lundi. Certains "Chibanis de la SNCF" (surnom donné aux travailleurs immigrés de l'époque, maintenant retraités) avaient assigné l'entreprise dès 2005.

Les Français partent avec 2.000 euros de retraite, moi 900

Mohamed, cheminot franco-marocain

Parmi eux, Mohamed se souvient très bien de cette année 1973, qui a été spéciale pour lui avec son départ du Maroc vers la France. "Ils nous avaient dit 'vous allez à la Société nationale des chemins de fer français, pour les mêmes conditions que (vos) collègues français', pour nous c'était le paradis."

Mais rapidement, ce père de famille - aujourd'hui naturalisé français - constate qu'il n'est pas "cheminot", mais "contractuel". Le futur retraité de 69 ans s'estime discriminé. "Les Français partent avec une retraite de 2.000 euros, et moi 900 euros, s'indigne-t-il. On faisait le même boulot, mais moi je n'ai pas de droits."

350 millions d'euros réclamés

À écouter aussi

La SNCF considère qu'elle respecte la loi, qu'il y a nullement discrimination et que l'on compare l'incomparable. Olivier de Boissieu, l'un des avocats des 832 plaignants n'est pas d'accord. "Ce sont des bidouillages, estime-t-il. La SNCF a essayé d'avoir de la main d'oeuvre à moindre coût. C'est ce qu'il s'est passé dans l'armée et dans les mines du nord de la France. L'enjeu financier est énorme."

350 millions d'euros sont réclamés au total. Après 10 ans de procédure, Mohamed ne désespère pas. "On a encore le courage et on va aller jusqu'au bout", positive-t-il. Le jugement devrait être mis en délibéré.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.