4 min de lecture Ukraine

Ukraine : le parlement et le gouvernement de Crimée occupés par des hommes armés

Des hommes armés non identifiés ont pris possession du parlement et du gouvernement de Crimée à Simferopol

Le Parlement de Crimée, le 26 février 2014, à Simferopol. (archives)
Le Parlement de Crimée, le 26 février 2014, à Simferopol. (archives) Crédit : VASILIY BATANOV / AFP
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Plusieurs dizaines d'hommes armés se sont emparés jeudi 27 février du siège du parlement et du gouvernement en Crimée, péninsule russophone du sud de l'Ukraine, sur lesquels flotte le drapeau russe, alors qu'à Kiev, le Parlement devait confirmer le nouveau gouvernement.

Une cinquantaine d'hommes, équipés d'"armes modernes", sont arrivés au cours de la nuit et empêchaient jeudi les employés d'entrer dans les bâtiments, a déclaré le Premier ministre de Crimée, Anatoli Mohilyov. Les autorités locales s'apprêtent à "prendre des mesures", a-t-il ajouté sans autre précision, en appelant ses concitoyens au calme. Mohilyov a indiqué avoir tenté en vain de négocier avec les assaillants, qui ont refusé, déclarant de ne pas disposer de l'autorité nécessaire.

Le ministre ukrainien de l'Intérieur par intérim, Arsen Avakov, a pour sa part annoncé la mise en alerte de l'ensemble de la police, dont les forces spéciales. Cette mesure, avec l'encerclement du quartier du parlement à Simféropol par les forces de l'ordre, est destinée à éviter "un bain de sang parmi la population civile" et "l'évolution de la situation en affrontements armés", a indiqué Avakov sur sa page Facebook. "Les provocateurs sont en marche", a-t-il ajouté. Il faut garder "la tête froide". Sur place, une vingtaine de policiers non armés faisait reculer la foule de curieux, surtout des pro-russes, qui se massaient devant les deux bâtiments du parlement et du gouvernement, distant d'environ 300 m. L'esplanade devant les locaux est complètement déserte, le périmètre de sécurité s'étendant sur près de 500 m.

Le drapeau russe dressé

À lire aussi
Des cigarettes saisies à Dijon (illustration) justice
Un vaste réseau de contrebande de cigarettes démantelé en France et en Ukraine

La Crimée, peuplée majoritairement de russophones, est la région d'Ukraine la plus susceptible de s'opposer aux nouvelles autorités en place à Kiev après le renversement de Viktor Ianoukovitch la semaine dernière. Des rumeurs non confirmées officiellement faisaient état de l'arrivée vers Simféropol d'un grand nombre de véhicules depuis la ville voisine de Sébastopol, où est basée la flotte russe de la mer Noire.
Ces événements marquent une nouvelle escalade dans les tensions qui opposent le nouveau pouvoir pro-occidental en place à Kiev et les éléments pro-russes en Ukraine. Intervenant au Parlement, le président par intérim Olexandre Tourtchinov a mis en garde jeudi: "Je m'adresse aux dirigeant militaires de la flotte de Mer Noire en disant que tous les militaires doivent rester sur le territoire prévu par les accords. Tout mouvement de troupe armé sera considéré comme une agression militaire".
La Russie avait annoncé avoir "mis en alerte" certaines de ses troupes, dont celles le long de sa frontière commune avec l'Ukraine. Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, de son côté a prévenu Moscou que toute intervention militaire "serait une grave erreur".  La Russie a décidé de renforcer la protection de sa flotte de la mer Noire -basée en Crimée- et a ordonné une inspection surprise des troupes des districts militaires de l'Ouest, non loin de l'Ukraine, et du Centre, pour vérifier leur aptitude au combat. L'opération, qui mobilisera 150.000 hommes, durera jusqu'au 3 mars.


Dans une allusion claire à ces manoeuvres russes, les États-Unis ont appelé les "acteurs extérieurs" à s'abstenir de toute "provocation". "Toute intervention militaire qui violerait la souveraineté, l'intégrité territoriale de l'Ukraine, serait une grave erreur", a averti John Kerry. Une Ukraine "souveraine, indépendante et stable" et "fermement engagée en faveur de la démocratie" constitue un "élément clé" de la sécurité dans la zone euro-atlantique, ont de leur côté affirmé mercredi les ministres de la Défense de l'Otan réunis à Bruxelles.

Pression sur le gouvernement

Ces événements accroissent aussi fortement la pression sur le nouveau gouvernement qui doit entrer en fonctions jeudi à Kiev sous la houlette du pro-européen Arseni Iatseniouk, une fois qu'il aura reçu le feu vert du Parlement, prévu en matinée. A 39 ans, Arseni Iatseniouk va prendre la tête du gouvernement d'union nationale appelé à diriger le pays, avant l'élection présidentielle anticipée prévue le 25 mai. Membre du parti de l'égérie de la Révolution orange Ioulia Timochenko, il a déjà été ministre de l'Économie et des Affaires étrangères.

La composition du gouvernement, qui comprend plusieurs personnalités issues du mouvement de contestation, avait été solennellement dévoilée mercredi soir par le conseil du Maïdan -composé des leaders politiques de la contestation ukrainienne, de la société civile et des groupes radicaux- devant une place de l'Indépendance noire de monde. L'exécutif va affronter la tâche herculéenne d'empêcher l'Ukraine de sombrer dans la banqueroute et de contrer les tendances séparatistes à l'oeuvre dans le sud et l'est du pays, où une grande partie de la population se sent plus proche de Moscou que de Kiev. 

Pour épauler les nouvelles autorités ukrainiennes, les États-Unis offrent leur garantie à hauteur d'un milliard de dollars dans le cadre d'un possible prêt des institutions financières internationales pour ce pays. "Nous sommes en train de formuler une garantie sur un prêt d'un milliard de dollars", a dit M. Kerry, ajoutant que "les Européens réfléchissaient à 1,5 milliard de dollars" de garantie, au lendemain de l'annonce par les Russes qu'ils n'avaient pas "d'obligations légales" de verser le solde de leur prêt de 15 milliards de dollars, dont l'Ukraine n'a reçu pour l'instant qu'un cinquième.

L'Ukraine, en pleine crise économique et politique, a besoin d'une aide de 35 milliards de dollars dans les deux années à venir. Signe de défiance, la hryvnia, la monnaie ukrainienne, a perdu environ 18% de sa valeur depuis le début de l'année. Le président ukrainien destitué Viktor Ianoukovitch est toujours "recherché sur le plan international", selon la justice ukrainienne, qui a réclamé contre lui un mandat d'arrêt international pour "meurtres de masse". Prenant les devants, l'ex-champion du monde de boxe, Vitali Klitschko, candidat à la présidentielle anticipée, a mis en garde Moscou contre l'idée d'accorder l'asile à Ianoukovitch. Mais selon le porte-parole de Vladimir Poutine, rien ne permet d'affirmer qu'il est en Russie.







La rédaction vous recommande
Lire la suite
Ukraine Info International
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7770044623
Ukraine : le parlement et le gouvernement de Crimée occupés par des hommes armés
Ukraine : le parlement et le gouvernement de Crimée occupés par des hommes armés
Des hommes armés non identifiés ont pris possession du parlement et du gouvernement de Crimée à Simferopol
https://www.rtl.fr/actu/international/ukraine-le-parlement-et-le-gouvernement-de-crimee-occupes-par-des-hommes-armes-7770044623
2014-02-27 07:49:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/LeK32s1a9cfwh5VpSFI_Mg/330v220-2/online/image/2014/0227/7770044669_le-parlement-de-crimee-le-26-fevrier-2014-a-simferopol-archives.jpg