8 min de lecture Ukraine

EN DIRECT - Ukraine : le bilan s'alourdit à 75 morts

MINUTE PAR MINUTE - L'Ukraine travers l'une des pires crises depuis son indépendance en 1991. Plusieurs pays ont appelé à des sanctions, tandis que les manifestants affrontent les forces de l'ordre place Maïdan à Kiev.

Des manifestants lors d'un face à face avec les forces de l'ordre à Kiev en Ukraine, le 20 février 2014.
Des manifestants lors d'un face à face avec les forces de l'ordre à Kiev en Ukraine, le 20 février 2014. Crédit : BULENT KILIC / AFP
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Les chefs de la diplomatie française, allemande et polonaise rencontrent ce jeudi 20 février à Kiev le président Viktor Ianoukovitch alors que les affrontements entre manifestants et forces de l'ordre n'ont jamais vraiment cessé, malgré la trêve annoncée par le pouvoir.

Ces violences auraient déjà fait entre 25 et 35 morts, selon diverses sources. Les manifestants ont repris ce jeudi matin le contrôle de la place de l'Indépendance, ou place "Maïdan". Dans une adresse à la nation dans la nuit de mardi à mercredi, alors que les policiers lançaient un premier assaut contre les manifestants dans le centre de Kiev, le président Ianoukovitch s'était montré sévère envers l'opposition, qu'il avait accusée d'avoir appelé à la "lutte armée" pour prendre le pouvoir. Lui emboîtant le pas, la Russie a dénoncé une "tentative de coup d’État", tandis que le ministre des Affaires étrangères français a annoncé qu'il y aurait des "sanctions" décidées par l'UE contre l'Ukraine.

>
VIDÉO - Kiev : affrontements sanglants entre policiers et manifestants Crédit Image : RTL.fr | Crédit Média : RTL.fr | Date :


2h35 : Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a appelé à la fin des violences en Ukraine. "Le peuple d'Ukraine mérite bien mieux que les morts insensées et la souffrance dans les rues d'une des plus admirables villes d'Europe. La violence doit cesser", a dit le chef de la diplomatie.

1h27 : Washington menace Ianoukovitch de sanctions. Le vice-président américain Joe Biden a prévenu jeudi le président ukrainien que les Etats-Unis étaient disposés à prendre des sanctions contre les personnes coupables d'avoir ordonné de tirer contre les manifestants à Kiev.

À lire aussi
Oleg Sentsov, cinéaste ukrainien fait prisonnier par la Russie, a été libéré ce samedi 7 septembre diplomatie
Les infos de 18h : Russie-Ukraine : échange historique de 70 prisonniers

21h51: Le bilan des violences à Kiev s'établit à 75 morts depuis mardi. Le ministère ukrainien de la Santé l'a annoncé dans un communiqué. Le précédent bilan faisait état de 67 morts depuis mardi. De plus, depuis ce jeudi matin, "76 personnes sont hospitalisées dans un état grave", a ajouté le ministère.

20h39: Angela Merkel, Barack Obama et Vladimir Poutine se sont mis d'accord pour chercher une solution. "La chancelière et les présidents se sont accordés pour dire qu'il fallait trouver une solution politique à la crise en Ukraine le plus rapidement possible et que le bain de sang devait cesser", a indiqué le gouvernement allemand dans un communiqué diffusé après des entretiens téléphoniques d'Angela Merkel avec Vladimir Poutine et Barack Obama.

19h51: Le président Ianoukovitch est d'accord pour qu'aient lieu des élections anticipées en 2014, selon le chef du gouvernement polonais Donald Tusk.

Ioulia Timochenko veut voir Viktor Ianoukovitch jugé pour "meurtres massifs"


19h23: L'opposante emprisonnée Ioulia Timochenko
déclare sur le site de son parti que le président ukrainien, Viktor Ianoukovitch, doit être jugé pour "meurtres massifs" : "La mise à l'écart immédiat de Ianoukovitch et les poursuites contre lui pour meurtres massifs de civils doivent être la seule exigence du peuple, de l'opposition et de la communauté internationale".

19h00 : Le reportage de Madeleine Leroyer, correspondante de RTL à Kiev :

>
Choqués par tous ces évèments, des athlètes ukrainiens ont quitté les jeux Olympiques de Sotchi Crédit Média : Madeleine Leroyer | Durée : | Date :


18h20 : L'analyse d'Isabelle Dath, rédactrice en chef du service étranger :

>
Les Européens tentent une médiation en direct Crédit Média : Isabelle Dath | Durée : | Date :

18h19: Les ministres européens des Affaires étrangères sont tombés d'accord "pour priver de visas et geler les avoirs de ceux qui sont tachés de sang", a déclaré la chef de la diplomatie italienne, Emma Bonino. La décision devrait être effective "très rapidement, dans les prochaines heures", a précisé Emma Bonino.

18h00 : Le reportage de Sina Mir, l'envoyé spécial de RTL à Kiev :

>
Le pays bascule dans la guerre civile Crédit Média : Sina Mir | Durée : | Date :


17h24: "67 cadavres se trouvent déjà au service de médecine judiciaire", a indiqué l'administration municipale de Kiev, en précisant qu'il s'agit de manifestants tués depuis mardi. L'opposition a fait état plus tôt dans la journée de "plus de 60 morts" dans les violences ce jeudi.

16h54:
Des images montrent un membre des forces de sécurité tirant avec un fusil d'assaut Kalachnikov sur une cible non identifiée. Sur ces images tournées par Radio Svoboda, on voit une dizaine d'hommes en uniforme noir, un brassard jaune au bras. Deux d'entre eux portent les lettres Berkout, en alphabet ukrainien, clairement visibles sur le dos de leur uniforme. Les Berkout sont une unité spéciale anti-émeute de la police ukrainienne, particulièrement haïe et redoutée par les manifestants. 

Un membre de la même unité est allongé, l’œil collé à la lunette de son fusil de tireur d'élite. On ne le voit pas tirer. Ces hommes ont pris position derrière quelques sacs de sable empilés les uns sur les autres, comme le font habituellement les manifestants à Kiev pour monter une barricade. L'un d'eux épaule un fusil d'assaut kalachnikov et tire posément deux fois, avant de s'éloigner à pas lents. D'autres détonations d'armes à feu sont audibles, à l'arrière-plan. Le tireur ne semble pas particulièrement en danger..

16h02: 67 policiers ont été enlevés par les manifestants
, selon le ministère de l'Intérieur ukrainien. "Lors des attaques des extrémistes, 67 policiers des troupes de l'Intérieur ont été capturés", a indiqué le ministère dans un communiqué, ajoutant : "Les forces de l'ordre ont le droit d'utiliser des armes pour libérer leurs collègues".

15h35: La Russie envoie un représentant à Kiev pour une médiation à la demande de Ianoukovitch. 
"Le président Ianoukovitch a proposé au chef de l'Etat russe d'envoyer un représentant à Kiev pour participer en qualité de médiateur à des négociations avec l'opposition", a déclaré Dimitri Peskov, porte-parole du Kremlin, précisant que Poutine avait décidé de désigner pour cela son délégué aux droits de l'Homme Vladimir Loukine.


15h27 : A en croire les services médicaux de l'opposition, plus de 60 manifestants ont été tués par balle à Kiev.

Les policiers tirent par balles en "légitime défense" selon le gouvernement


15h15: Les policiers ont utilisé des armes à feu en "légitime défense", assure le gouvernement, après que des inconnus ont tiré sur les forces de l'ordre dans la matinée, a indiqué le ministère de l'Intérieur dans un communiqué. "Pour préserver la vie des policiers, il a été décidé de les ramener sur des positions plus sûres et d'utiliser des armes, en légitime défense (...) Les policiers ont le droit d'utiliser les armes à feu", a déclaré le service de presse des troupes de l'intérieur. 
14h31: Le ministre russe des Affaires étrangères dénonce des tentatives d'intimidation de l'UE. "La possibilité de sanctions n'est rien d'autre qu'une tentative d'intimidation", a assuré Sergeï Lavrov depuis Bagadad.

14h00: Angela Merkel presse Viktor Ianoukovitch d'accepter une aide de l'UE au dialogue avec l'opposition. La chancelière a téléphoné au président ukrainien et lui a "fortement conseillé" d'accepter une offre de l'Union européenne pour "soutenir un dialogue entre le gouvernement et l'opposition", tout en condamnant "avec force l'escalade récente" de la violence, selon le communiqué publié par la chancellerie.

13h34 : Le ministre des Affaires étrangères accuse des forces radicales de fomenter une guerre civile. Moscou soutient des négociations entre les autorités ukrainiennes et l'opposition pour pouvoir régler "la crise et combattre ensemble des forces extrémistes et radicales qui tentent de fomenter une guerre civile", a déclaré Lavrov selon ses propos traduits en arabe lors d'une conférence de presse à Bagdad. Lavrov avait déjà suggéré mercredi à l'Union européenne de convaincre l'opposition ukrainienne de coopérer avec les autorités et de se distancier des forces radicales qui veulent faire "un coup d’État".

12h51 : Le maire de Kiev annonce quitter le parti au pouvoir
après un "bain de sang". "Je suis prêt à tout faire pour arrêter la lutte fratricide et le bain de sang dans le cœur de l'Ukraine, sur la place de l'Indépendance. La vie humaine doit être la valeur supérieure dans notre pays et rien ne doit contredire ce principe", a déclaré Volodymyr Makeïenko en ajoutant qu'il quittait le Parti des régions au pouvoir.
12h49 : Le ministère de l'Intérieur a appelé jeudi les habitants de Kiev à ne pas sortir et à ne pas se rendre au centre-ville, théâtre de tirs nourris à balles réelles. "En ce moment, il vaut mieux limiter les déplacements en voitures particulières et ne pas sortir dans la rue. Il y a des gens armés avec des intentions agressives dans les rues de Kiev," indique le ministère dans un communiqué.

12h47 : L'analyse d'Isabelle Dath, rédactrice en chef du service étranger :

>
Les rendez-vous diplomatiques peuvent-ils mettre un terme aux affrontements sanglants de ces dernières heures ? Crédit Média : Isabelle Dath | Durée : | Date :

12h46 : Le ministre des Affaires étrangères Serguei Lavrov a accusé des forces radicales de fomenter une guerre civile. Moscou soutient des négociations entre les autorités ukrainiennes et l'opposition pour pouvoir régler "la crise et combattre ensemble des forces extrémistes et radicales qui tentent de fomenter une guerre civile", a déclaré Serguei Lavrov en visite en Irak, selon ses propos traduits en arabe lors d'une conférence de presse.

12h30 : Le reportage de Sina Mir, l'envoyé spécial de RTL à Kiev :

>
Les silhouettes de manifestants s'additionnent sous les draps Crédit Média : Sina Mir | Durée : | Date :


12h21 : Selon un journal local, le Kyiv Post, il y aurait "au moins 35" morts.

12h17 :
L’hôtel de Kiev où logent la grande majorité des journalistes, juste en face de la place de l'Indépendance (Maidan) accueille des manifestants blessés et des corps sous des couvertures, selon un journaliste de la RTBF :

11h43 :  Deux sportifs ukrainiens, une skieuse et son père qui est aussi son entraîneur ont annoncé jeudi qu'ils se retiraient des jeux Olympiques de Sotchi, afin de protester contre l'usage de la force qui a fait des dizaines de morts pendant les manifestations de l'opposition à Kiev. Bogdana Matsotska et Oleg Matsotski se sont déclarés "outrés" par le refus du président Viktor Ianoukovitch de privilégier le dialogue avec les manifestants.

11h30 :
Au moins 25 manifestants ont été tués dans le centre de Kiev, selon des journalistes de l'AFP. Un journaliste a vu huit cadavres gisant sur le sol devant la poste centrale sur le Maïdan, place centrale de Kiev, et dix autres non loin de là, devant l'hôtel Kozatski. Un autre journaliste de l'AFP a compté sept corps dans le hall de l'hôtel Ukraïna, de l'autre côté de la place.

11h30 :
Sur les réseaux sociaux circule une photo illustrant l'avant/ après de la place Maïdan à Kiev, plongée dans le chaos :

11h21 : L'ancien Premier ministre Dominique de Villepin a jugé jeudi "absurde" de placer l'Ukraine dans un "bras de fer" entre l'Union européenne et la Russie, sans laquelle il n'y a pas de "solution politique" possible à Kiev. L'UE doit-elle demander le départ de M. Ianoukovitch? "Chaque fois que l'Occident a voulu jouer une politique de changement de régime.... Elle l'a fait en Irak: catastrophe. Elle l'a fait en Libye: catastrophe. Elle l'a fait en Syrie: catastrophe. Pensons d'abord aux peuples", a répondu Dominique de Villepin.

11h13 :
"La reprise des affrontements sur le Maïdan pendant la trêve annoncée est une provocation délibérée du pouvoir", alors que les ministres des Affaires étrangères français, allemand et polonais sont à Kiev, soulignent-ils.

10h53 : Le siège du gouvernement à Kiev a été évacué par le personnel
, selon un responsable sur place. "Ce matin tous les employés ont quitté les lieux. On a reçu un ordre officiel en ce sens", a indiqué cette responsable sans plus de précisions.

10h45 :
Au moins 17 manifestants tués par balles dans le centre de Kiev, a constaté l'AFP. Un journaliste a vu dix cadavres gisant sur le sol sur le Maïdan, la place de l'indépendance, au centre de Kiev, devant l'hôtel Kozatski. Un autre journaliste a compté sept corps dans le hall de l'hôtel Ukraïna, de l'autre côté de la place.

10h35
: La rencontre entre le président ukrainien Viktor Ianoukovitch et les ministres des Affaires étrangères français, allemand et polonais "est en cours", a indiqué à l'AFP un porte-parole de la présidence. "La rencontre est en cours. Les trois ministres y participent", a déclaré ce porte-parole.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Ukraine Info International
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7769840656
EN DIRECT - Ukraine : le bilan s'alourdit à 75 morts
EN DIRECT - Ukraine : le bilan s'alourdit à 75 morts
MINUTE PAR MINUTE - L'Ukraine travers l'une des pires crises depuis son indépendance en 1991. Plusieurs pays ont appelé à des sanctions, tandis que les manifestants affrontent les forces de l'ordre place Maïdan à Kiev.
https://www.rtl.fr/actu/international/ukraine-la-situation-a-kiev-en-direct-7769840656
2014-02-20 12:10:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/sCaGxOe77pQQTcrHbmmfFQ/330v220-2/online/image/2014/0220/7769856696_des-manifestants-lors-d-un-face-a-face-avec-les-forces-de-l-ordre-a-kiev-en-ukraine-le-20-fevrier-2014.jpg