1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Toujours aucun président en Nouvelle-Calédonie
1 min de lecture

Toujours aucun président en Nouvelle-Calédonie

L'impasse politique se poursuit en Nouvelle-Calédonie où le gouvernement a échoué jeudi à élire un président.

Des électeurs en mai 2004 à Nouméa, lors des élections provinciales en Nouvelle-Calédonie (photo d'illustration).
Des électeurs en mai 2004 à Nouméa, lors des élections provinciales en Nouvelle-Calédonie (photo d'illustration).
Crédit : AFP / MARC LE CHELARD
La rédaction numérique de RTL & AFP

Pas de dénouement politique en Nouvelle-Calédonie où le gouvernement n'est pas parvenu à élire un président. Au terme d'un seul tour, aucun candidat n'a obtenu le nombre de voix suffisantes (la majorité absolue) pour être élu.

Philippe Germain (Calédonie ensemble) a obtenu trois voix, Cinthya Ligeard (Front pour l'Unité), deux. L'Union pour la Calédonie dans la France (UCF) et les indépendantistes se sont abstenus.

Une situation "ubuesque

Depuis plus d'un mois, le gouvernement de Nouvelle-Calédonie est limité à l'expédition des "affaires courantes", faute de présidence. La paralysie de l'exécutif intervient alors qu'a débuté en mai le dernier mandat de l'accord de Nouméa (1998), au cours duquel doit se tenir un référendum d'autodétermination dont la date butoir est fixée à 2018.

Le 16 décembre, la démission des trois "ministres" de Calédonie ensemble (CE, proche de l'UDI) avait entraîné la chute de l'ensemble de l'exécutif collégial, composé de 11 membres.

Bataille autour de la présidence

À lire aussi

Le 31 décembre, les 54 membres du Congrès de l'archipel très autonome élisaient un nouveau gouvernement, identique au précédent, avec six ministres de la droite non-indépendantiste et cinq indépendantistes. Mais un gouvernement condamné à expédier les affaires courantes car le FPU et CE revendiquent tous deux sa présidence. Le gouvernement doit selon les textes élire un président et un vice-président en son sein, au scrutin majoritaire.

Dans les rangs indépendantistes, les élus ne cachent pas leur lassitude face "à cette situation ubuesque", engendrée par la guerre des chefs à droite.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/