2 min de lecture Info

Portugal: des milliers de policiers défilent contre les baisses de salaire

Plus de 15.000 policiers en colère ont défilé contre les coupes dans leurs salaires, avant de manifester devant le Parlement dans un climat tendu.

Des milliers de policiers en colère manifestent contre les baisses de salaire à Lisbonne.
Des milliers de policiers en colère manifestent contre les baisses de salaire à Lisbonne. Crédit : PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Selon les organisateurs, plus de 15.000 policiers en colère ont défilé ce jeudi 6 mars à Lisbonne contre les baisses de salaires, avant de manifester face à leurs collègues en uniforme. Des manifestants sont parvenus à forcer les barrières de sécurité dressées par les forces de l'ordre, occupant brièvement les premières marches d'accès au Parlement.

Selon Rui Costa, porte-parole de la police de Lisbonne, la manifestation s'est soldée par dix blessés parmi les policiers et manifestants, dont deux ont été hospitalisés, et deux interpellations. Un millier d'agents avaient été déployés pour tenter d'empêcher les débordements qui s'étaient produits lors de la dernière manifestation des policiers en novembre, qui avaient coûté sa place au directeur de la police nationale.

Un ras-le-bol général

Les policiers avaient lancé un ultimatum pour exiger que les protestataires quittent les marches et les organisateurs avaient lancé un appel au calme. A l'intérieur du bâtiment, la présidente du Parlement, Assunçao Esteves, avait accepté de recevoir une délégation de représentants des forces de l'ordre.

Je suis certain que ceux qui nous gouvernent n'ont pas idée de la réalité des gens, des difficultés du quotidien.

Partager la citation

Peu avant, les protestataires avaient défilé entre le centre de la capitale et l'Assemblée nationale aux cris de "Gouvernement prends garde, les policiers sont en colère!". D'autres ont exprimé leur ras-le-bol sifflets à la bouche ou en entonnant l'hymne national. Cette manifestation, convoquée notamment par les syndicats de la police nationale, de la gendarmerie et des gardiens de prison, a été décidée après plusieurs réunions jugées infructueuses avec le ministre de l'Intérieur Miguel Macedo.

Une revalorisation de 25 euros mensuels

À lire aussi
Grâce au potager municipal, la cantine de Lagraulet tourne au bio. société
Gers : un maire crée un potager municipal pour fournir la cantine scolaire

A l'issue de ces négociations, les agents des forces de l'ordre n'ont obtenu qu'une modeste revalorisation de 25 euros de leur prime mensuelle d'entretien d'uniforme. "C'est une miette surtout quand on compare aux 150 euros de primes que nous avons perdues", a affirmé José Alho, responsable de l'Aspig, une association représentant les gendarmes.

"Depuis janvier, on m'a déjà retiré près de 200 euros de mon salaire. Et je ne compte plus les coupes appliquées depuis trois ans!", a dit Antonio Ferreira, un gendarme venu de Coimbra (centre). "J'ai une femme et trois enfants à nourrir. On a des crédits pour payer la maison et la voiture contractés avant le début de la crise. On ne s'attendait pas à ce changement de situation. C'est difficile de joindre les deux bouts", a raconté un policier de 45 ans.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Info International Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants