2 min de lecture Nigeria

Nigeria : deux femmes se font exploser et tuent 4 personnes

Deux femmes kamikazes se sont fait exploser dimanche, faisant quatre morts, sur un marché de Potiskum au Nigeria.

Le marché de Jos, Nigeria, peu après un attaque à la bombe, le 12 décembre 2014 (illustration)
Le marché de Jos, Nigeria, peu après un attaque à la bombe, le 12 décembre 2014 (illustration) Crédit : AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Deux femmes kamikazes se sont fait exploser dimanche, tuant quatre personnes, en plein  marché bondé de Potiskum, dans le nord-est du Nigeria.
Les explosions ont eu lieu sur le marché Kasuwar Jagwal, spécialisé dans la téléphonie mobile, à 15h10 locales (14H10 GMT), un moment de la journée où le marché est très fréquenté dans la capitale économique de l'Etat de Yobe.

La seconde femme a été terrorisée par l'explosion et elle a essayé de traverser la rue mais elle a explosé elle aussi

Une source sécuritaire
Partager la citation

"Nous avons évacué à l'hôpital six corps, dont ceux des deux femmes kamikazes. Vingt-et-une personnes ont été blessées", a indiqué à l'AFP une source sécuritaire, un bilan confirmé par une source hospitalière. L'une des kamikazes semblait être âgé d'une quinzaine d'années, l'autre d'une vingtaine, selon ces sources.
"La première kamikaze (la plus âgée) a déclenché sa bombe à l'entrée du marché, où des volontaires contrôlaient les personnes entrant dans le marché à l'aide de détecteurs de métaux", a expliqué à l'AFP la source sécuritaire.
"La seconde femme a été terrorisée par l'explosion et elle a essayé de traverser la rue mais elle a explosé elle aussi", a ajouté cette source.

Clients et vendeurs ont pris la fuite

Selon un témoin, Ibrahim Dambam, la seconde explosion est survenue alors que la foule se précipitait à l'extérieur du marché.
Des téléphones neufs et d'occasion sont vendus et réparés sur ce marché qui, le dimanche, attire de nombreux clients et vendeurs venant de l'Etat de Yobe, et même au-delà.
Des clients paniqués ont pris la fuite tandis que les vendeurs ont abandonné leurs étals, tant sur le marché de téléphonie mobile que sur le marché principal situé juste à côté.
Les forces de sécurité ont bouclé le site, qui a été complètement déserté par la population, a précisé un autre témoin, Badaru Isa.

Les femmes kamikazes partagent l'idéologie radicale des islamistes

Samedi, dans la même localité, un policier a été tué par l'explosion d'une voiture piégée à l'entrée d'un poste de police.
Des experts en sécurité considèrent que les femmes plus âgées peuvent souhaiter se faire exploser dans la mesure où elles partagent l'idéologie radicale des islamistes ou qu'elles désirent venger la mort de proches aux mains de l'armée nigériane.

La bombe était déclenchée à distance

À lire aussi
Bernard-Henri Levy s'adresse aux étudiants de l'université Kyiv Mohyla, à Kiev, le 16 mai 2014 (archives) Nigeria
Bernard-Henri Levy alerte sur le massacre de chrétiens au Nigéria

En revanche, il est fort probable que la coercition soit utilisée pour fléchir les plus jeunes - comme la fillette du marché de Maiduguri, qui avait fait 19 morts en se faisant exploser.
Ashiru Mustapha, membre d'un groupe local d'auto-défense qui a assisté à la scène doutait samedi qu'il s'agisse d'un acte délibéré de la fillette. Elle "avait une dizaine d'années et je doute fort qu'elle savait véritablement ce qui était fixé à son corps," avait-il dit à l'AFP.
Selon un autre témoin, la bombe aurait été déclenchée à distance, ce qui serait cohérent avec le mode opératoire de Boko Haram dans d'autres attaques.
L'utilisation de voitures piégées et les explosions provoquées par des charges déposées au coeur de lieux bondés portent aussi la marque de Boko Haram depuis six ans.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nigeria Attentat suicide Afrique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants