2 min de lecture Fidel Castro

Mort de Fidel Castro : Cuba va vers "plus d'ouverture", selon Alain Duhamel

La situation diplomatique de Cuba ne peut plus, selon l'éditorialiste de RTL, reculer vers le repli sur soi.

Micro générique Switch 245x300 L'invité RTL du Week-End Stéphane Carpentier iTunes RSS
>
Décès de Fidel Castro : Cuba ira vers "plus d'ouverture" selon Alain Duhamel Crédit Média : Bernard Poirette | Durée : | Date : La page de l'émission
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin
Journaliste

Élection de Donald Trump, mort de Fidel Castro... Les récents événements peuvent laisser penser à des tournants pour l'histoire de Cuba. Mais pour Alain Duhamel, éditorialiste de RTL, le décès du "Lider Maximo", vendredi 25 novembre au soir, est aujourd'hui "un événement symbolique", bien qu'il rappelle l'image paradoxale de celui qui était régulièrement présenté comme un dictateur. "C'est un personnage qui, pendant un demi-siècle, a été l'un des plus célèbres, des plus pittoresques, des plus théâtraux, des plus controversés de l'ensemble du monde. Ses relations avec les États-Unis faisaient rêver toute une génération, c'était la petite île contre les immenses états-unis", raconte celui-ci. 

Mais Fidel Castro, c'était également "une forme de tyrannie implacable". Dans le même temps, "il avait libéré son pays d'une dictature totalement corrompue, les armes à la main, avec Che Guevara, une guerilla", rappelle Alain Duhamel... En France, le leader cubain a également eu une influence notable, notamment lors des événements de mai 68. "Les deux références pour l'extrême-gauche française c'était Mao et Castro. En 1968, Castro, c'était quelque chose de mobilisateur, de novateur. Quand Castro allait à la tribune des États-Unis et parlait pendant des heures, tout le monde attendait cela des mois avant". 

La mort de Fidel Castro ne signifie pas pour autant que la politique cubaine, désormais incarnée par son frère Raul, 85 ans, va connaître un tournant. Selon Alain Duhamel, Raul Castro est "le même en beaucoup moins charismatique et beaucoup moins théâtral". "C'est le même, moins l'influence et le rêve Fidel Castro", selon l'éditorialiste, qui rappelle que la vie à Cuba reste aujourd'hui encore très compliquée. "Cuba est en train, très lentement, d'essayer de s'ouvrir", comme l'ont démontré, au cours des dernières années, la visite du papedes Rolling Stones, ou encore l'ouverture au tourisme... "Tant que Castro était là, il y avait l'ombre tutélaire. Maintenant qu'il disparaît, il ne peut y avoir que, progressivement, plus d'ouverture", conclut Alain Duhamel.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Fidel Castro Cuba International
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants