1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Macédoine : 22 morts après des heurts avec des assaillants présumés albanais
2 min de lecture

Macédoine : 22 morts après des heurts avec des assaillants présumés albanais

Huit policiers et 14 assaillants étrangers armés ont été tués lors d'affrontements samedi et dimanche à Kumano, dans le nord de la Macédoine.

Vingt-deux personnes ont été tuées lors d'affrontements samedi 9 et dimanche 10 mai à Kumanovo, dans le nord de la Macédoine, entre la police et des dizaines de membres d'un groupe armé, présumés d'origine albanaise.
Vingt-deux personnes ont été tuées lors d'affrontements samedi 9 et dimanche 10 mai à Kumanovo, dans le nord de la Macédoine, entre la police et des dizaines de membres d'un groupe armé, présumés d'origine albanaise.
Crédit : ROBERT ATANASOVSKI / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

La ville de Kumano, dans le nord de la Macédoine, a été le théâtre ce week-end d'affrontements mortels entre la police et des dizaines de membres d'un groupe armé, présumés d'origine albanaise, qui s'étaient retranchés dans un quartier de la ville. Des violences qui ont causé la mort de 22 personnes au total et qui réveillent la crainte d'un conflit similaire à celui de 2001, qui a opposé pendant six mois les forces armées aux rebelles albanais réclamant davantage de droits au sein de la société.

"Huit policiers ont été tués et 37 blessés", a déclaré ce dimanche 10 mai à la presse un porte-parole de la police, Ivo Kotevski, précisant que l'opération contre le groupe armé était sur le point de s'achever et qu'une importante quantité d'armes a été retrouvée sur place. "D’autre part, 14 cadavres en uniforme ont été retrouvés sur place", a-t-il ajouté, faisant référence aux membres du groupe armé.

"Un groupe terroriste particulièrement dangereux"

Selon lui, les assaillants faisaient partie d'un "groupe terroriste particulièrement dangereux", dont les membres sont sous mandat d'arrêt international. D'après le porte-parole de la police, plus d'une trentaine de personnes ont participé à l'attaque, pour la plupart des citoyens de Macédoine, mais aussi cinq du Kosovo et un d'Albanie, tous présumés d'origine albanaise. Ce groupe est "venu d'un pays voisin", avait assuré ce samedi 9 mai la police sans l'identifier, mais la presse locale affirme qu'il s'agit du Kosovo majoritairement albanais.

Ces affrontements surviennent quelques semaines après qu'un groupe armé d'Albanais venus du Kosovo a brièvement pris possession, le 21 avril, d'un petit commissariat de police à la frontière nord de la Macédoine, réclamant la création d'un État albanais sur le territoire de cette ex-république yougoslave.

L'UE préoccupée

À lire aussi

"Toute escalade ultérieure de la violence doit être évitée, dans l’intérêt de la stabilité générale dans le pays", a déclaré dans un communiqué le commissaire européen à l’Élargissement Johannes Hahn, se déclarant "profondément préoccupé" par la situation.

Alors que la Serbie renforçait ses troupes aux frontières, l'Albanie et le Kosovo ont aussi lancé des appels au calme, Pristina demandant "à toutes les parties de trouver une solution par la voie du dialogue politique". Un peu plus tard ce dimanche 10 mai, le secrétaire générale de l'Otan Jens Stoltenberg appelait également à faire preuve de retenue et à éviter toute nouvelle escalade dans l'intérêt du pays et de l'ensemble de la région".
 
À Skopje, le ministère de l'Intérieur a précisé qu'une vingtaine de membres de ce groupe s'étaient rendus aux forces de l'ordre, samedi en fin d'après-midi, et qu'ils étaient sur le point d'être présentés devant la justice. Deux jours de deuil national ont par ailleurs été décrétés.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/