1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Leonarda espère revenir en France, sa famille dit "mourir de faim"
2 min de lecture

Leonarda espère revenir en France, sa famille dit "mourir de faim"

Dans son édition du mercredi 30 avril, "Le Figaro" raconte que Leonarda Dibrani "veut rentrer en France" alors que l'avocate de sa famille a déposé un recours dans ce sens deux jours plus tôt.

Leonarda Dibrani à Mitrovica au Kosovo le 28 janvier 2014.
Leonarda Dibrani à Mitrovica au Kosovo le 28 janvier 2014.
Crédit : AFP / Armend Nimani
Raphaël Bosse-Platière
Raphaël Bosse-Platière

"On meurt de faim, on n'a pas de travail", explique au Figaro Leonarda Dibrani, ce mercredi 30 avril. 

Maître Brigitte Bertin, l'avocate de la famille rom dont l'expulsion avait déclenché une polémique en octobre dernier, a interjeté appel, après le refus d'accorder un titre de séjour à la famille Dibrani. L'avocate pointe deux dysfonctionnements dans le traitement de l'affaire Leonarda. 

L'avocate des Dibrani pointe deux failles dans le dossier

En premier lieu, elle dénonce un argument du tribunal administratif de Besançon, selon lequel "la durée de séjour des intéressés est relativement faible au regard du nombre d'années passées dans leur pays d'origine" et que "rien ne fait obstacle à ce que la vie familiale se poursuive dans le pays d'origine". Le Kosovo, donc.

Sauf que Brigitte Bertin rappelle que seul le père de la famille concernée est né là-bas, et que madame Dibrani et ses enfants sont nés en Italie. "L'administration aurait dû le savoir, si elle avait fait des vérifications sérieuses", explique l'avocate au Figaro.

Quand quelqu'un sort d'un bidonville, vous ne pouvez pas exiger de lui un comportement parfait

Me Brigitte Bertin, avocate de la famille Dibrani
À lire aussi

Le second point de litige porte sur le degré d'intégration des Dibrani. "On a insisté sur leur comportement pas exemplaire a priori, rappelle Brigitte Bertin. Mais on n'a pas pris en compte une spécificité importante : ce sont des membres de la communauté rom ! Quand quelqu'un sort d'un bidonville, vous ne pouvez pas exiger de lui un comportement parfait", s'insurge l'avocate.

L'affaire Leonarda n'a pas fini de faire parler d'elle

Mais pour Yves Claisse, représentant du préfet du Doubs au tribunal administratif de Besançon, "il n'y a rien dans le dossier qui pourrait faire pencher la balance dans le sens de la famille Dibrani", confie-t-il au Figaro

Et si les Dibrani se plaignent de ne pas êtres aidés au Kosovo, en tout cas, ils ne sont pas persécutés

Yves Claisse, représentant du préfet du Doubs au tribunal administratif de Besançon

"Il n'y a aucune trace de leur passage en Italie, poursuit Yves Claisse. Et si les Dibrani se plaignent de ne pas êtres aidés au Kosovo, en tout cas, ils ne sont pas persécutés."

"Le contentieux, c'est le seul moyen de faire vivre, artificiellement, leur demande d'asile", répond l'avocate de la famille rom. Si cette procédure - qui pourrait durer entre 6 et 9 mois - échoue, Leonarda et sa famille pourra encore tenter sa chance auprès du Conseil d'Etat, puis de la Cour européenne des droits de l'Homme.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/