1 min de lecture Royaume-Uni

Le Titanic n'aurait pas (seulement) fait naufrage à cause d'un iceberg

Un incendie qui avait ravagé une partie de la coque du paquebot avant sa mise en mer pourrait l'avoir fragilisé avant son départ.

Le Titanic en avril 1912
Le Titanic en avril 1912 Crédit : SOUTHAMPTON CITY COUNCIL / AFP
Eleanor Douet
Eléanor Douet
Journaliste

Et si un iceberg n'était pas le seul responsable du naufrage du Titanic survenu en avril 1912. C'est en tout cas les conclusions du journaliste irlandais Selan Molony. L'homme qui a passé plus de 30 ans de sa vie a se pencher sur cette catastrophe livre sa théorie dans un documentaire diffusé sur la chaîne britannique Channel 4 : Titanic : The new evidence. Ses recherches l'ont amené à étudier des photographies que peu de personnes ont pu visionner. Ces clichés pris par l’ingénieur en chef du paquebot ont été capturés avant que le navire ne quitte le chantier naval de Belfast, explique Le Telegraph.

Dans le documentaire, Selan Molony avance que des flammes auraient ravagé pendant plusieurs jours une partie de la coque du paquebot, avant même sa mise à la mer. Un incendie qui aurait été très difficile à maîtriser pour les 12 hommes chargés de l'éteindre. Le journaliste s'appuie sur des photos qui montrent de grandes marques noires de près de dix mètres de haut, laissées par l’incendie, sur la partie avant-droite de la coque. Des traces que la compagnie a caché au public. "De façon inhabituelle, le navire a même été renversé dans son poste de mouillage à Southampton pour empêcher les passagers de voir le côté marqué", selon Senan Molony.

Le drame, qui a inspiré le film culte de James Cameron, dans lequel près de 1.500 personnes ont péri serait donc le résultat de "l’addition de facteurs extraordinaires : le feu, la glace et la négligence. Cet incendie était connu mais il a été minimisé. Le paquebot n’aurait jamais dû être mis à la mer", affirme ainsi le journaliste. Selon le journaliste, "des experts en métallurgie lui ont dit que lorsque vous obtenez un tel niveau de température – s’élevant entre 500 et 1.000 degrés – contre l’acier, il devient fragile et réduit sa résistance jusqu’à 75%". Ce qui aurait donc été fatal au navire au moment de percuter l'iceberg.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Royaume-Uni Faits divers Titanic
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants