2 min de lecture Daesh

L'État islamique a perdu un quart de son territoire depuis 2016

En un an, la superficie du "califat" est passée de 78.000 km2 à 60.400 km2. Une perte qui pourrait menacer sa cohésion.

Un jihadiste avec le drapeau de l'État islamique. (Illustration)
Un jihadiste avec le drapeau de l'État islamique. (Illustration)
103787476925100813301
Félix Roudaut
et AFP

Le recul sur le terrain de l'État islamique (EI) avait été prévu par de nombreux spécialistes, il se concrétise aujourd'hui. Selon une étude publiée jeudi 19 janvier par le cabinet d'analyse IHS Markit, le groupe terroriste a perdu en 2016 23% du territoire qu'il contrôlait en Irak et en Syrie. En un an, la superficie du "califat" autoproclamé par l'EI est passée de 78.000 km2 à 60.400 km2, soit une zone représentant la moitié d'un pays comme la Corée du Nord, explique la firme basée à Londres. En 2015, les jihadistes avaient déjà vu leur territoire fondre de 90.800 km2 à 78.000 km2.

Malgré la reconquête en décembre 2016 de Palmyre, l'EI n'en a pas moins connu en 2016 une série d'échecs militaires, perdant sur le sol syrien les villes de Dabiq ou Minjeb, et en Irak celles de Ramadi ou Fallouja. Selon l'IHS, les pertes territoriales enregistrées par le groupe terroriste ont entraîné des dissensions en interne sur la manière d'y répondre, qui menacent la "cohésion" du groupe.

Éclatement interne de l'EI ?

"Cela fait peser sur le groupe État islamique le risque de défection vers des groupes jihadistes rivaux en Syrie, ou même d'un possible éclatement interne", estime un expert d'IHS, Ludovico Carlino. Alors que des responsables militaires ont annoncé mercredi 18 janvier la libération de la partie est de Mossoul, le cabinet d'analyse estime que la ville irakienne pourrait être complètement reprise "avant la seconde moitié de l'année".

À lire aussi
Le président irakien Barham Saleh en visite à Paris, le 25 février 2019 terrorisme
Les actualités de 7h30 - Daesh : l’Irak veut 2 milliards de dollars pour juger les jihadistes

La reconquête de Raqa, fief de l'EI en Syrie, pourrait quant à elle s'avérer plus problématique, avance cependant HIS, soulignant que la ville constitue "le cœur de l'État islamique". IHS estime ainsi qu'il faudra probablement pour en chasser les jihadistes en 2017 "une vaste intervention au sol" menée par un acteur extérieur comme les États-Unis, la Turquie ou la Russie, et celle des forces du président Bachar Al-Assad.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Daesh Irak Syrie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7786812379
L'État islamique a perdu un quart de son territoire depuis 2016
L'État islamique a perdu un quart de son territoire depuis 2016
En un an, la superficie du "califat" est passée de 78.000 km2 à 60.400 km2. Une perte qui pourrait menacer sa cohésion.
https://www.rtl.fr/actu/international/l-etat-islamique-a-perdu-un-quart-de-son-territoire-depuis-2016-7786812379
2017-01-19 05:55:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/uHFbhxe81ixh1Ctz9F65VA/330v220-2/online/image/2016/0912/7784824319_un-jihadiste-avec-le-drapeau-de-l-etat-islamique-illustration.jpg