1 min de lecture Faits divers

Jeune fille au pair tuée à Londres : les meurtriers présumés devant la justice

Le couple inculpé du meurtre de Sophie Lionnet, jeune Française au pair dont le corps avait été retrouvé fin septembre à Londres, pourrait également être poursuivi pour dissimulation de crime

Des personnes rendent hommage à Sophie Lionnet, le 8 octobre 2017 à Londres
Des personnes rendent hommage à Sophie Lionnet, le 8 octobre 2017 à Londres Crédit : NIKLAS HALLE'N / AFP
Martin Planques
Martin Planques et AFP

Une terrible histoire. Le corps de Sophie Lionnet a été retrouvé calciné le 20 septembre dans le jardin d'une propriété du sud-ouest de Londres. Le couple inculpé du meurtre de la jeune femme de 21 ans pourrait également être poursuivi pour dissimulation de crime.

Les deux Français, ses employeurs présumés, Ouissem Medouni, 40 ans, et Sabrina Kouider, 34 ans, avaient été arrêtés dans la foulée, et inculpés pour meurtre. Détenue à la prison pour femmes de Bronzefield (sud-ouest de Londres), cette dernière a comparu mardi 12 décembre par visioconférence devant la cour criminelle de l'Old Bailey, mais pas Ouissem Medouni. La justice envisage d'alourdir les charges pesant à leur encontre en les inculpant d'entrave à la justice pour avoir tenté de se "débarrasser du corps de Sophie Lionnet en le brûlant". 

Sophie Lionnet était "fatiguée", elle voulait "rentrer"

Le couple comparaîtra début 2018 pour une audience de plaider coupable, avant le début du procès prévu le 19 mars. La mort de Sophie Lionnet avait provoqué une vive émotion parmi les jeunes au pair travaillant au Royaume-Uni, et plus largement au sein d'une partie de la communauté française. L'affaire avait également mis en lumière les difficultés, entre isolement et exploitation, parfois rencontrées par ces femmes, souvent très jeunes et sans expérience, qui travaillent et habitent dans des familles à l'étranger. 

Début octobre, une marche silencieuse en hommage à Sophie Lionnet avait rassemblé une trentaine de personnes, membres de sa famille et amis, dans le quartier où elle vivait. Sa cousine, Mélanie Lionnet, avait alors déclaré que la jeune fille était "fatiguée", et qu'elle voulait "rentrer en France". 

À lire aussi
Des enfants sur un passage piéton à proximité de leur école. faits divers
Les infos de 6h - Fillette tuée par un camion : les riverains dénoncent un manque de signalisation

"Elle nous disait que ses employeurs ne l'avaient pas encore rémunérée, qu'une fois qu'ils l'auraient rémunérée, elle rentrerait. (...)  ils rajoutaient du temps, des excuses, et finalement ils ne l'ont pas laissée rentrer", avait confié Mélanie Lionnet. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Justice Grande-Bretagne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants