1 min de lecture Afrique

Isabelle Dath : ces dirigeants africains qui trafiquent leur constitution pour rester à la tête du pays

REPLAY - Par crainte de devoir se confronter à la justice, des dirigeants d'une douzaine d'états africains ont changé leur constitution pour rester le plus longtemps à la tête du pays.

La Semaine Politique - Duhamel La semaine politique d'Alain Duhamel Alain Duhamel iTunes RSS
>
Isabelle Dath : ces dirigeants africains qui trafiquent leur constitution pour rester à la tête du pays Crédit Image : RTL.fr | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Isabelle Dath à New York
Isabelle Dath Journaliste RTL

Cette semaine, deux dirigeants africains sont parvenus à se faire octroyer des mandats présidentiels presque à perpétuité. Au Rwanda, Paul Kagamé a fait jouer ses députés pour approuver le projet de réforme de la Constitution, votée à l'unanimité jeudi 29 octobre, ouvrant la voie à un troisième mandant et lui laissant la possibilité de diriger le pays jusqu'en 2034. 

Quant au président du Congo-Brazzaville Sassou-Nguesso, il a choisi de passer par un référendum pour faire sauter les deux verrous qui lui barraient la route : la limite d'âge et le nombre de mandat. Aucune campagne n'a eu lieu, les rassemblements publics, les opposants ont été contraints de rester chez eux... Des méthodes efficaces puisque le oui a obtenu près de 93% alors que selon l'opposition,10% des électeurs seulement a voté. 

À ne pas reconnaître cette France qui avait lancé avec François Mitterand et son discours de La Baule en 1990 le mouvement de démocratisation en Afrique

Isabelle Dath
Partager la citation

Ce ne sont pas les premiers à traficoter leur constitution, puisque ces dernières années ces artifices ont été utilisés dans 12 états africains explique Isabelle Dath. Mais pourquoi s'accrochent-t-ils ainsi au pouvoir ? Parce qu'ils ne pensent qu'à leurs propres intérêts et privilèges, et notamment de perdre leur immunité et de devoir rendre des comptes devant la justice. 

L'Union Africaine a pourtant adopté une charte de la démocratie et de la bonne gouvernance à l'initiative de Sassou-Nguesso. Par crainte de voir contrarier ses intérêts économiques ou géostratégiques, la diplomatie française se fait très discrète.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Afrique Politique Pouvoir
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants