1 min de lecture Otages français

Vidéo de Serge Lazarevic : Hollande s'inquiète du "voyeurisme de la barbarie"

François Hollande a été informé dans l'avion qui l'emmenait à Sydney de la vidéo diffusée par Aqmi montrant Serge Lazarevic, le dernier otage français retenu dans le monde.

François Hollande
François Hollande Crédit : AFP / ALAIN JOCARD
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

"Pourquoi cette vidéo ?", s'est interrogé le chef de l'Etat. François Hollande a été informé de la diffusion d'une vidéo montrant le dernier otage français, Serge Lazarevic, et un otage néérlandais aux mains d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) alors que son avion s'apprêtait à décoller mardi de Nouvelle-Calédonie pour rejoindre Sydney.

"Est-ce pour participer à cette espèce de montée dans l'extrême horreur, comme en Syrie ? Ou veulent-ils rappeler qu'ils détiennent ces deux personnes pour souligner leur valeur ?" Le président a confirmé que jusqu'à la diffusion de cet enregistrement, les dernières preuves de vie de Serge Lazarevic remontaient "au printemps". "On passe toujours par d'autres États, d'autres autorités si on veut avoir quelque chance de pouvoir faire passer des messages", a-t-il également indiqué.

Les otages peuvent être "un instrument d'échange"

Selon l'entourage de François Hollande, la mention de tractations autour d'un otage américain en Afghanistan laisserait plutôt penser que les ravisseurs considèrent leurs otages comme "un instrument de pression et d'échange".

François Hollande a par ailleurs prudemment évoqué le cas d'un Français de 22 ans soupçonné d'avoir participé, peut-être avec un second Français, à la décapitation d'otages, dont l'Américain Peter Kassig, par le groupe État islamique (EI). "Quel est leur rôle exact dans cette affaire ? Est-ce qu'ils étaient présents pour être des tueurs ? Ou veut-on signaler qu'il sont français ?", s'est-il interrogé.

À lire aussi
Drapeau syrien, illustration jihadistes
Syrie : une Française de 7 ans, malade du cœur, retenue dans un camps de jihadistes

En tout état de cause, il s'agissait, selon François Hollande, de "créer un effet d'horreur" avec ce message: "voyez de quoi nous sommes capables et de quoi vos éventuels ressortissants seraient capables". Le chef de l'État a fustigé "cette espèce de voyeurisme de la barbarie", s'inquiétant de ses effets sur certains jeunes.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Otages français Aqmi François Hollande
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants