2 min de lecture Pape

Genre et mariage pour tous : le pape François dénonce l'imposition de "modèles de vie anormaux"

François a dénoncé devant l'ONU "la colonisation idéologique" qui impose des "modèles de vie anormaux et irresponsables".

>
Genre et mariage pour tous : le pape François dénonce l'imposition de "modèles de vie anormaux" Crédit Image : DOMINICK REUTER / AFP | Crédit Média : Philippe Corbé | Durée : | Date :
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
et AFP

Un pas en avant, deux pas en arrière. Le Pape a dénoncé vendredi 25 septembre 2015 devant l'ONU "la colonisation idéologique" qui impose aux "peuples" des "modèles de vie anormaux et irresponsables", dans une allusion implicite à la théorie du genre et au mariage pour les personnes de même sexe. Certains, a-t-il critiqué, cherchent à "promouvoir une colonisation idéologique à travers l'imposition de modèles et de styles de vie anormaux, étrangers à l'identité des peuples et, en dernier ressort, irresponsables". Il a demande aux Nations unies de reconnaître "une loi morale inscrite dans la nature humaine elle-même, qui comprend la distinction naturelle entre homme et femme". 

Une posture classique pour le chef de l'Église catholique mais qui entretient le flou dans la communication papale qui oscille entre progressisme et conservatisme. En 2013, l'ancien cardinal Bergoglio écrivait dans son ouvrage Seul l'amour nous sauvera : "Nous ne voulons pas juger ceux qui pensent et ressentent différemment que nous. (…). Le mariage précède l'État, il est le socle de la famille, la cellule de la société, antérieure à toute loi et même à l'Église. Par conséquent, l'adoption du projet de loi serait un grave recul anthropologique. Le mariage (formé d'un homme et d'une femme, ndlr) n'est pas la même chose que l'union de deux personnes de même sexe".

Si une personne est gay (...) qui suis-je pour la juger ?

Pape François
Partager la citation

Et le Pape de poursuivre son raisonnement : "Distinguer n'est pas discriminer, mais respecter; différencier pour discerner consiste à évaluer correctement, pas à discriminer. (…) Nous ne pouvons pas enseigner aux générations futures qu'il est équivalent de se préparer à développer un projet familial fondé sur un engagement de relation stable entre un homme et une femme, que de vivre avec une personne du même sexe (…). Je vous en conjure, qu'il n'y ait de votre part, ni dans vos paroles ni dans vos cœurs, aucune marque d'agressivité ou de violence envers aucun frère." 

Le Pape maintient donc l'idée d'une différence fondamentale entre familles hétérosexuelles et homosexuelles tout en demandant aux fidèles de ne pas jeter l'anathème sur les homosexuels. Cependant, les choix de mots comme "grave recul anthropologique", "anormaux", "irresponsables", seront certainement reçus comme autant de violences envers celles et ceux qui défendent les causes LGBT à travers le monde. Après son célèbre : "Si une personne est gay et cherche le Seigneur avec bonne volonté, qui suis-je pour la juger ?" lancé dans un avion entre Rio et Rome en 2013, et qui esquissait une certaine ouverture de François par rapport à ses prédécesseurs, ces dernières déclarations marqueront sans doute un certain retour en arrière ou du moins un rappel de la position séculaire de l'Église sur ces questions.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Pape Pape François Catholiques
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants