2 min de lecture Médecine

États-Unis : une première greffe du pénis prévue pour un soldat blessé

Deux greffes du pénis ont déjà eu lieu dans le monde, une réussie en Afrique du Sud en 2014 et une autre en Chine en 2006, qui a échoué.

Des médecins en pleine opération. (illustration)
Des médecins en pleine opération. (illustration) Crédit : AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Une première aux États-Unis. Des chirurgiens américains se préparent à effectuer une greffe de pénis sur un soldat blessé en Afghanistan. Le centre hospitalier universitaire Johns Hopkins, ouvre ainsi la voie pour d'autres militaires souffrant de ces blessures souvent tues. L'intervention sera pratiquée d'ici un an, peut-être avant, a précisé à l'AFP une porte-parole de l'hôpital de Baltimore, confirmant des informations du New York Times

Deux de ces greffes ont déjà eu lieu dans le monde, une réussie en Afrique du Sud en 2014 et une autre en Chine en 2006, qui a échoué. De 2001 à 2013, 1.367 militaires américains déployés en Irak et en Afghanistan ont été blessés aux parties génitales, selon des chiffres du Pentagone cités par le journal. La quasi-totalité avait moins de 35 ans et a été blessée par l'explosion d'une bombe artisanale.

"On ne parle pas souvent de ces blessures génito-urinaires", relève le Dr Andrew Lee, chef du service de chirurgie reconstructive à Johns Hopkins, interviewé par le New York Times (NYT). "Ces blessures sont aussi dévastatrices que tout autre traumatisme qu'un soldat peut subir".

60 greffes expérimentales de ce type

Dans le premier cas prévu, celui d'un jeune soldat blessé en Afghanistan, le nouveau pénis proviendra d'un donneur décédé. Les chirurgiens de Johns Hopkins ont précisé au New York Times qu'ils espéraient pouvoir rétablir la fonction urinaire, restaurer les sensations et la capacité d'avoir des rapports sexuels quelques mois après l'opération.

À lire aussi
Prise de sang (illustration) grève
Les laboratoires d'analyses médicales font grève : les raisons de la colère

Au total, la faculté de médecine de Johns Hopkins a donné son feu vert aux chirurgiens pour procéder à 60 greffes expérimentales de ce type. Elle évaluera ensuite les résultats pour décider si une telle opération peut devenir une procédure courante. Néanmoins, le docteur Andrew Lee met en garde contre des attentes irréalistes des patients qui pourraient penser pouvoir retrouver entièrement les fonctions de leur membre. Il a toutefois jugé "réaliste" pour ces hommes d'espérer pouvoir procréer.

Les militaires blessés qui auront perdu leurs testicules pourront aussi recevoir une greffe de pénis mais sans pouvoir procréer, précise le médecin. Le jeune Sud-africain greffé en décembre 2014 sera papa d'ici la fin de l'année, ont annoncé ses médecins en juin.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Médecine États-Unis Greffe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants