1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : le nouvel incident à Ferguson relance le débat sur les violences raciales
1 min de lecture

États-Unis : le nouvel incident à Ferguson relance le débat sur les violences raciales

REPLAY - Les balles tirées à Ferguson lors de l'hommage rendu à Michael Brown mettent une nouvelle fois en avant les violences raciales qui n'en finissent plus aux États-Unis.

Le père de Michael Brown et des habitants défilent à Ferguson, pour les un an de la mort de Michael Brown.
Le père de Michael Brown et des habitants défilent à Ferguson, pour les un an de la mort de Michael Brown.
Crédit : MICHAEL B. THOMAS / AFP
Les nouveaux incidents à Ferguson relancent l'épineux débat des violences raciales
01:34
Julien Quelen
Julien Quelen

Alors que des centaines de manifestants s'étaient réunis à Ferguson pour rendre hommage à Michael Brown, un jeune afro-américain tué par un policier, un autre jeune homme à de nouveau été grièvement blessé par des tirs policiers. L'état d'urgence a été décrété ce lundi soir dans le Missouri par crainte de voir de nouvelles émeutes se propager. En dépit du fait que la victime était vraisemblablement armée et visait les forces de l'ordre, l'incident relance inéluctablement le débat sur les violences raciales. 

Selon le Washington Post, 585 personnes ont été tuées par la police depuis le début de l'année, dont 50% sont blanches et 50% appartiennent à des minorités. Une égalité en trompe l’œil puisque 40% des victimes non-armées sont des hommes noirs, qui ne représentent pourtant que 6% de la population américaine. Ainsi, un banal contrôle routier, un feu rouge brûlé ou un tapage nocturnes sont autant d'exemples de situations qui dégénèrent après que le ton soit monté avec la police. 

Barack Obama dit qu'il y a "urgence"

Selon le quotidien américain, depuis le début de l'année, 24 hommes noirs non-armés ont été abattus par des policiers, soit un tous les neuf jours en moyenne. Il n'y a pas de statistiques nationales sur la question et malgré les demandes de réforme des polices américaines, beaucoup reste à faire. Par exemple, dès qu'il craint pour sa vie, un policier américain peut légalement ouvrir le feu. Une situation à laquelle faisait référence Barack Obama dimanche en déclarant qu'il 'y avait urgence"

Dans une Amérique supposée post-raciale, les Afro-Américains ont toujours sept fois plus de risques de se faire tuer par la police que des Blancs. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/