1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : Donald Trump envoie la Garde nationale à la frontière avec le Mexique
2 min de lecture

États-Unis : Donald Trump envoie la Garde nationale à la frontière avec le Mexique

Donald Trump a signé mercredi 4 avril la proclamation pour déployer la Garde Nationale à la frontière mexicaine pour contenir l'immigration clandestine et accroître la pression sur son voisin du Sud.

Donald Trump veut construire un mur entre le Mexique et les États-Unis pour lutter contre l'immigration
Donald Trump veut construire un mur entre le Mexique et les États-Unis pour lutter contre l'immigration
Crédit : AFP / Mandel Ngan
États-Unis : Donald Trump envoie la Garde nationale à la frontière avec le Mexique
02:48
Philippe Corbé & Loïc Farge

Dis comme ça, beaucoup d'anti-Trump vont hurler en dénonçant une répression des immigrés. Beaucoup de pro-Trump vont applaudir, en se félicitant que le président américain tienne ses engagements. Sa première promesse, le jour de sa déclaration de candidature, était justement d'arrêter l'immigration illégale, en construisant un mur à la frontière.

Mais les uns et les autres auraient tort. Quoi qu'on pense du sujet de l'immigration clandestine à la frontière mexicaine, il n'y a aucune raison de se féliciter ou de s'affoler après cette annonce. Dans les faits, il n'envoie pas l'armée arrêter des immigrants.

Le Pentagone s'y opposerait. Ce n'est pas le rôle de l'US Army. Il y a déjà les patrouilles aux frontières pour ça. Cela ne tiendrait pas légalement. Et en plus le Congrès républicain s'y opposerait et refuserait de financer l'opération.

Comme Obama et Bush

Non, Donald Trump demande seulement aux gouverneurs de déployer la Garde nationale. Sans que la Maison Blanche soit capable de dire précisément quand, comment et combien cela coûtera. On sait seulement qu'il s'agira de surveillance et de taches administratives, mais pas d'arrestations d'illégaux.

À écouter aussi

Donc oui, il y aura des militaires de la Garde nationale près de la frontière. Mais c'est exactement ce qu'avaient déjà décidé Obama en 2010 et Bush en 2006. Donc rien de particulièrement scandaleux ou d'audacieux là dedans. Il fait ce qu'avait fait Obama, accusé de tous les maux par Trump. Il fait ce qu'avait fait Bush, qu'il accuse d'avoir été trop faible et d'avoir cherché à régulariser 12 millions de sans papiers.

On peut d'ailleurs noter que les chiffres officiels montre que les passages d'illégaux à la frontière sont en baisse constante ces dernières années. Et ils sont même au plus bas depuis 1971, quoi qu'en dise le Président.

Trump agacé par les ultra-conservateurs

Cette décision vise surtout à rassurer sa base. Il est déjà nettement remonté dans les sondages depuis le vote de la réforme fiscale, son électorat tient bon. Mais il a besoin de le motiver avant les élections parlementaires de mi-mandat, en novembre. Et il sait à quel point ce sujet de l'immigration a été efficace dans sa propre campagne.

Et puis il est agacé, parce que des ultra-conservateurs, sur sa chaîne préférée, Fox News, lui reprochent depuis quinze jours d'avoir cédé sur l'immigration, d'avoir signé un texte budgétaire qui ne prévoit pas le financement de son fameux mur le long de la frontière.

Tout simplement parce qu'il n'a pas la majorité pour cela au Congrès, beaucoup de Républicains refusent de payer les dizaines de milliards de dollars qu'il coûterait. Fox News est en boucle ces derniers jours sur ce qu'ils désignent comme une "caravane d'immigrants illégaux" au Mexique, en marche vers la frontière. Ce qui est inexact. Mais cela a suffi à énerver le Président, devant sa télé, qui donc s'agite à défaut de pouvoir agir.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/