2 min de lecture Espagne

Espagne : un maire met en garde contre les fausses accusations de viol

Le maire de Valladolid a créé la polémique en mettant les hommes en garde contre les fausses accusations de viol.

Javier Leon de la Riva (au centre) à Valladolid, le 23 octobre 2010.
Javier Leon de la Riva (au centre) à Valladolid, le 23 octobre 2010. Crédit : CESAR MANSO / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le maire de Valladolid a créé la polémique avec des propos controversés le viol. En pleine campagne gouvernementale sur les abus sexuels -elle aussi polémique-, il a encouragé les hommes à se méfier des femmes seules dans les ascenseurs, qui pourraient les accuser à tort de viol.

L'édile a dû présenter ses excuses, accusé de manquer de respect aux femmes et d'alimenter le "spectre des fausses accusations de viol".

Imaginez que vous entrez dans un ascenseur et qu'il y a une fille qui veut vous nuire, qui entre avec vous, arrache son soutien-gorge et la jupe et sort en criant

Javier Leon de la Riva
Partager la citation

"Imaginez que vous entrez dans un ascenseur et qu'il y a une fille qui veut vous nuire, qui entre avec vous, arrache son soutien-gorge et la jupe et sort en criant en disant que vous avez tenté de l'agresser", a déclaré Francisco Javier Leon de la Riva, maire conservateur de Valladolid (centre).

"J'ai certaines réticences à entrer dans un ascenseur" avec une femme seule, a-t-il dit lors d'un entretien diffusé jeudi par la radio Onda Cero. L'accusant d'"alimenter le spectre des fausses accusations" de viols et de "manquer de respect envers les femmes", la Secrétaire chargée de l'égalité au parti socialiste espagnol (PSOE), Carmen Monton, a affirmé vendredi dans un communiqué que "seules 0,01% des plaintes pour violences machistes sont fausses".

Ses propos auraient été "mal interprétés"

L'association d'aide aux victimes d'agressions sexuelles et de mauvais traitements de Valladolid (Adavasymt) a elle demandé la démission du maire, qu'elle accuse de parler de "manière frivole" du violFrancisco Javier Leon de la Riva a présenté ses excuses devant la presse vendredi "à ceux qui ont été offensés", affirmant que ses mots avaient été "mal interprétés".

Ses propos tombent en pleine polémique autour de conseils destinés aux femmes et publiés sur le site du ministère de l'Intérieur espagnol, pour éviter les viols.

Le ministère de l'Intérieur conseille aux femmes de fermer leurs rideaux

Il leur est notamment conseillé de ne pas marcher dans des rues isolées "surtout la nuit", d'"envisager" d'acheter un sifflet pour éloigner les agresseurs et d'"éviter d'entrer dans un ascenseur quand il est occupé par un inconnu". A celles vivant seules, on recommande de "fermer les rideaux la nuit pour éviter les regards indiscrets".

"La réalité dépasse la fiction: (le ministère de) l'Intérieur conseille de fermer les rideaux pour éviter les viols", s'est indigné une responsable du PSOE, Susana Sumelzo, sur Twitter, tandis que Carmen Monton dénonçait "une façon de faire peur, de culpabiliser les femmes et d'éviter les responsabilités".

Face à la polémique, le ministère de l'Intérieur a demandé à la police qui a rédigé cette liste "d'actualiser ses conseils" pour être plus en phase avec "l'époque actuelle", a indiqué à l'AFP un porte-parole, affirmant qu'elle était en ligne "depuis au moins dix ans", soit aussi sous le précédent gouvernement socialiste.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Espagne Viol Abus sexuel
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants