1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Entre la Corée du Nord et la Corée du Sud, il existe un havre de paix
3 min de lecture

Entre la Corée du Nord et la Corée du Sud, il existe un havre de paix

REPLAY - Le magazine "Paris Match" publie un reportage sur la zone démilitarisée qui sépare les deux pays. Une zone où la nature a repris ses droits.

La DMZ, zone démilitarisée, sépare la Corée du Nord et le Corée du Sud.
La DMZ, zone démilitarisée, sépare la Corée du Nord et le Corée du Sud.
Crédit : MARY EVANS/SIPA
Entre la Corée du Nord et la Corée du Sud, il existe un havre de paix
03:24
Entre la Corée du Nord et la Corée du Sud, il existe un havre de paix
03:31
Amandine Bégot

Pas de journaux aujourd'hui dans vos kiosques pour cause de grève. Ils sont en revanche disponibles en version numérique. Une grève qui fait d'ailleurs la une de la plupart de vos quotidiens ce matin. "L'heure de vérité", titre le Courrier Picard. Pour Libération, "la CGT, la CFDT et FO jouent leur va-tout". "CGT, Mélenchon, routiers... Macron est face à la rue", dit Le Figaro qui rappelle que "même si les fronts de contestation se multiplient le chef de l'État reste bien décidé à transformer le pays".

Un Emmanuel Macron qui surveille tout de même tout ça avec attention, nous dit ce matin le quotidien. "Le président, raconte un conseiller, est très attentif à ce qui pourrait se passer sur la loi sécurité". Et d'ajouter : "Mélenchon peut réussir à capter une partie de la jeunesse qui est sensible au discours anti-sécuritaire, d'autant que tout cela intervient au moment de la rentrée universitaire." Inquiétude partagée par un secrétaire d'État. "L'organisation de Jean-Luc Mélenchon s'active, dit-il, un peu partout pour trouver des référents dans les lycées." Elle réplique, je cite, "les méthodes de noyautage chères à Lénine".

Le drame des Rohingyas

"Attention à ne pas faire ouvrir le chantier de trop", prévient de son côté Marc Fesneau, le patron du groupe MoDem à l'Assemblée. Réponse d'un des piliers de la majorité : "Emmanuel Macron fait un pari, celui d'assumer l'impopularité en début de quinquennat, afin de pouvoir récolter les fruits de sa politique dans trois ans." À suivre donc.

Emmanuel Macron qui durcit le ton face à la crise qui secoue la Birmanie. Depuis New York, le président français a évoqué un génocide en cours. Une photo ce matin en dit long sur le drame qui se joue là-bas, photo publiée par le Time Magazine. Celle de cette femme rohingya qui embrasse son bébé d'un mois et demi seulement, un bébé mort dans le naufrage de leur bateau alors qu'ils fuyaient l'armée birmane. "Ces gens-là, titre le journal, n'ont pas le temps de pleurer." La légende est glaçante.

Le peuplier de Kim Il-Sung et les Américains

À lire aussi

Un reportage photo exceptionnel également dans Paris Match cette semaine. Reportage à la frontière entre le sud et le nord, dans la région la plus explosive du monde dont on vous parle tous les jours mais où personne n'a mis les pieds depuis 60 ans : la frontière entre la Corée du Nord et la Corée du Sud. La DMZ comme on l'appelle, la zone démilitarisée, une zone tampon qui sépare les deux Corées. Une bande de 4 km de large, sur 240 km de long où la nature a repris ses droits. Un écrin de verdure sublime où vivent 3.000 variétés de plantes et d'animaux, dont des dizaines d'espèces en voie de disparition comme ces gorals aux airs de chamois gris mais aussi des lynx et des ours noirs. Images à peine croyables quand on sait ce qu'il se passe de part et d'autre.

Un havre de paix au milieu d'une des zones les plus tendues de la planète. Cette frontière est imaginaire, elle n'est pas matérialisée mais pas question pour l'un ou l'autre de la franchir. En 1976, deux capitaines américains tentent d'y couper un peuplier qui obstruait la vue de leur poste d'observation. Pensant être en Corée du Sud, ils se retrouvent face à des soldats du nord. Ces derniers les massacrent à coups de hache. Les autorités de Pyongyang expliquent que l'arbre en question avait été planté par Kim Il-Sung, le fondateur de la Corée du Nord, le premier de la lignée des Kim. En représailles, le président Ford envoie un commando abattre le peuplier. "Difficile d'imaginer ce qu'aurait fait Donald Trump à sa place", conclut François de Labarre qui signe ce reportage.

Le chef qui boude le Guide Michelin

Sa photo à lui fait la une de la PQR, du Midi Libre notamment. Celle de Sébastien Bras, ce chef 3 étoiles installé dans l'Aveyron qui a écrit au Guide Michelin pour ne pas figurer dans l'édition 2018, une grande première. Il ne veut plus subir la pression, un choix personnel, explique-t-il, qui ne l'empêchera pas de poursuivre sa quête de l'excellence. On ne devrait pas voir la différence dans l'assiette.

Sa décision en tout cas semble avoir libéré la parole de bien d'autres. Dans Libération, ils sont plusieurs ce matin à dénoncer la toute-puissance du Michelin, cette course effrénée. Couronné chef de l'année en 2016, Alexandre Couillon fait partie de ces cuisiniers qui revendiquent un certain recul face aux notes et aux classements. "Avec la maturité on se dit que c'est bien dommage d'être noté comme si on était encore des gamins."

L'équipe de l'émission vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/