1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. EN IMAGES - L'Albanie ouvre au public une base militaire communiste ultra-secrète
2 min de lecture

EN IMAGES - L'Albanie ouvre au public une base militaire communiste ultra-secrète

Vingt-cinq ans après la chute du régime communiste, le gouvernement albanais a décidé d'ouvrir au public l'île-bunker de Sazan. Un endroit atypique qui fut le témoin privilégié de l'histoire tourmentée du pays.

Un ferry emmène des touristes sur l'île de Sazan, à 140km au sud-ouest de la capitale albanaise, Tirana.
Un ferry emmène des touristes sur l'île de Sazan, à 140km au sud-ouest de la capitale albanaise, Tirana.
Crédit : GENT SHKULLAKU / AFP
Un ferry emmène des touristes sur l'île de Sazan, à 140km au sud-ouest de la capitale albanaise, Tirana.
L'île compte de nombreux bâtiments abandonnés, parmi lesquels une école et un cinéma.
Le port bétonné de Sazan accueille les bateaux de tourisme.
Un homme visite l'un des nombreux tunnels de l'île de Sazan.
L'école de Sazan, criblée de tirs de balle, est elle aussi ouverte au public.
Un groupe de touristes débarque sur l'île de Sazan.
Un ferry emmène des touristes sur l'île de Sazan, à 140km au sud-ouest de la capitale albanaise, Tirana. Crédits : GENT SHKULLAKU / AFP
L'île compte de nombreux bâtiments abandonnés, parmi lesquels une école et un cinéma. Crédits : GENT SHKULLAKU / AFP
Le port bétonné de Sazan accueille les bateaux de tourisme. Crédits : GENT SHKULLAKU / AFP
Un homme visite l'un des nombreux tunnels de l'île de Sazan. Crédits : GENT SHKULLAKU / AFP
L'école de Sazan, criblée de tirs de balle, est elle aussi ouverte au public. Crédits : GENT SHKULLAKU / AFP
Un groupe de touristes débarque sur l'île de Sazan. Crédits : GENT SHKULLAKU / AFP
1/1
Clémence Bauduin & AFP

L'île de Sazan, point stratégique de l'occupation soviétique (1945-1990), va devenir un haut-lieu touristique. C'est en tout cas l'objectif des autorités albanaises. Au milieu d'une nature sauvage, les premiers touristes débarquent sur l'île. Sur une dizaine de kilomètres carrés, elle abrite la base militaire la plus secrète de l'Albanie communiste, avec pas moins de 3600 bunkers et des kilomètres de tunnels antiatomiques. En surface, elle compte notamment une salle de cinéma, une école et un hôpital.

Située dans la baie de Vlora, au sud-ouest du pays, elle constitue une sentinelle aux portes de la mer Adriatique. Au cours de l'histoire, les armées romaine, ottomane, grecque, italienne, russe ou allemande, l'ont bien compris.

Un point stratégique

Le projet de transformer Sazan en attraction touristique peut surprendre, étant donné l'état actuel de l'ancienne base. L'île, reconnue pour sa beauté, est aujourd'hui extrêmement dégradée. Des toits d'immeubles se sont effondrés, des douilles, des caisses de munitions, des masques à gaz, ou encore de vieux meubles et des lits, jonchent le sol.

"La tâche est colossale, mais notre volonté est forte", explique le directeur de l'Agence nationale albanaise chargée des côtes, Auron Tare. "Sazan proposera aux touristes de découvrir à la fois les mystères de l'Albanie communiste et le riche héritage historique et culturel de la Méditerranée", promet-il. Un musée et un centre de recherche scientifique sur la vie marine et l'archéologie navale devraient notamment voir le jour. L'île restera toutefois une base militaire.

La culture du souvenir

À lire aussi

Astrit Aliaj, 70 ans, n'est pas un visiteur comme les autres. Il est revenu sur l'île de Sazan en compagnie de sa fille pour lui raconter une partie de sa vie, passée ici aux côtés de 2000 militaires. "Les agresseurs désignés étaient le bloc soviétique, ainsi que l'impérialisme américain et ses alliés", explique le vieil homme à sa fille.

À la fin de la Deuxième guerre mondiale, l'île passe sous le contrôle du pouvoir communiste albanais. Ce dernier donne l'accès à l'île aux alliés soviétiques dans les années 1950. Sa situation géographique leur permet de surveiller toute la Méditerranée.

L'Albanie a adhéré en 2009 à l'Otan. Au cours de récentes manœuvres, les forces albanaises et de l'Otan y avaient réduit en ruines plusieurs édifices et une villa construite pour le dictateur italien Benito Mussolini dans les années 1930, pendant l'occupation italienne.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/