1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. EI : un réseau de recrutement de femmes démantelé en Espagne
1 min de lecture

EI : un réseau de recrutement de femmes démantelé en Espagne

Quatre personnes ont été arrêtées lors du démantèlement en Espagne d'un réseau de recrutement de l'EI.

L'Espagne a démantelé un réseau de recrutement via Facebook, notamment de jeunes femmes, pour le compte du groupe État islamique (EI). (Illustration)
L'Espagne a démantelé un réseau de recrutement via Facebook, notamment de jeunes femmes, pour le compte du groupe État islamique (EI). (Illustration)
Crédit : DOMINIQUE FAGET / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Le gouvernement espagnol a annoncé ce mardi 24 février avoir démantelé un réseau de recrutement via Facebook, notamment de jeunes femmes, pour le compte du groupe État islamique (EI), et arrêté quatre personnes dont deux dans l'enclave espagnole de Melilla au Maroc. Ces deux dernières "sont les responsables de la création et l'administration de plusieurs plateformes internet utilisées pour diffuser tout type de matériel de propagande" en particulier pour l'EI, affirme le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

"Dans la droite ligne de la stratégie du groupe terroriste Daesh (groupe État islamique), ils se centraient sur le recrutement de femmes qui, après le processus d'endoctrinement, finissaient par intégrer ce groupe terroriste dans les zones de conflit", ajoute le ministère dans un communiqué.

Une centaine d'Espagnols auraient rejoint des milices jihadistes

L'Espagne a démantelé plusieurs réseaux de ce type ces derniers mois, en particulier dans les enclaves espagnoles au Maroc de Melilla et de Ceuta, seules frontières terrestres entre l'Europe et l'Afrique. Les autorités estiment qu'une centaine d'Espagnols ont rejoint les rangs de "milices jihadistes" en Irak ou en Syrie, un chiffre relativement faible par rapport aux centaines de Français, Britanniques ou Allemands qui sont partis.

Le Maroc, ayant récemment renforcé sa législation antiterroriste, ne masque pas son inquiétude face au phénomène alors que plus de 2.000 Marocains, en comptant les binationaux, auraient rejoint des groupes comme l'EI.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/