2 min de lecture Vladimir Poutine

"Désormais, avec Poutine, c'est du donnant-donnant", dit Olivier Mazerolle

REPLAY / BILLET - En Arménie, François Hollande et Vladimir Poutine ont eu un entretien en marge des célébrations du génocide arménien. Une rencontre aimable et courtoise.

Micro RTL générique On n'est pas forcément d'accord Yves Calvi & Les Signatures RTL iTunes RSS
>
"Désormais, avec Poutine, c'est du donnant-donnant", dit Olivier Mazerolle Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Olivier Mazerolle
Olivier Mazerolle Journaliste RTL

Vladimir Poutine est incontournable. On le retrouve sur tous les gros sujets du moment. Les migrants naufragés en Méditerranée, mais aussi l'Iran, la Syrie, la Grèce, le terrorisme, le gaz. Sans oublier l'Ukraine et les Mistral. Poutine est le président d'un grand pays, membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU. Sans lui, on ne peut pas avancer. Il fait des sanctions économiques prises contre la Russie un argument patriotique contre les méchants occidentaux qui veulent faire du mal à la Russie. Une propagande certes. Mais les Russes approuvent très majoritairement ce président qui restaure la puissance de leur pays. 

L'Europe elle, cherche à obtenir l'aval du Conseil de sécurité de l'ONU pour limiter l'arrivée de migrants sur ses côtes. Poutine peut s'y opposer. Sauf s'il y trouve son intérêt. Il estime s'être fait avoir en 2011 en acceptant l'intervention des troupes britanniques en Libye. Freiner Kadhafi d'accord, le tuer, non. Désormais, avec Poutine, c'est du donnant-donnant. Il souhaite par exemple le maintien de Bachar al-Assad à Damas et que l'accord sur le nucléaire iranien soit définitivement entériné fin juin. 

La Grèce, zone d'influence de la Russie ?

Il ne peut pas décider de tout. Mais la vie diplomatique est une histoire coup de billards à multiples bandes. Et dans ce registre, Vladimir Poutine n'est pas manchot. Concernant le gaz par exemple. La Commission de Bruxelles enquête sur les pratiques commerciales jugées illicites de Gazprom. Une forte amende obligerait la société russe à augmenter ses prix, lesquels sont facturés aux Européens, qui se fournissent massivement en Russie. L'Europe ne peut pas se passer de gaz russe. Il y a dans ce domaine un côté "je te tiens, tu me tiens par la barbichette". Et finalement, personne n'a envie de rire. 

Concernant la Grèce qui pourrait passer sous l'influence russe, même si la réalisation parait peut probable, il ne faut pas négliger cette éventualité. Les deux pays sont de tradition orthodoxe et pourraient trouver un cousinage face aux catholiques et autres luthériens bouffés de prétention et décadents. Alexis Tsipras est contre les sanctions à l'égard de la Russie. Il déclare, tout comme la Russie, que les nazis siègent au gouvernement ukrainien. Et en échange, le Tsar propose des arrangements commerciaux avec de belles recettes à la clé. Comme faire passer par la Grèce le gazoduc qui va alimenter l'Europe du Sud. Même s'il ne parvient pas à faire exploser l'Europe, Poutine l'inquiète. 

Une relation avec l'Europe apaisée

À lire aussi
Vladimir Poutine au G-20 d'Osaka le 29 juin 2019 Kremlin
Russie : comment Vladimir Poutine brouille les ondes GPS sur son passage

La rencontre avec François Hollande a donc lieu sur un ton relativement aimable, à condition que Poutine ne change pas de position vis-à-vis de l'Ukraine. Le Président russe a déjà pris la Crimée. C'était son principal objectif. Plus personne ne lui en parle ni ne lui en fait le reproche. Il doit maintenant faire mieux appliquer les accords de Minsk, signés sous l'égide d'Angela Merkel et de François Hollande. Ce qui n'est pas impossible. Car sorti de la propagande, Poutine sait qu'il ne peut pas faire n'importe quoi. Les Occidentaux savent qu'il est incontournable. Comme François Hollande, Poutine ne veut pas faire des Mistral une source de conflit et les deux voudraient entretenir de bonnes relations. Alors la synthèse n'est pas certaine mais elle n'est pas impossible

La rédaction vous recommande


Lire la suite
Vladimir Poutine François Hollande Entretien
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7777481239
"Désormais, avec Poutine, c'est du donnant-donnant", dit Olivier Mazerolle
"Désormais, avec Poutine, c'est du donnant-donnant", dit Olivier Mazerolle
REPLAY / BILLET - En Arménie, François Hollande et Vladimir Poutine ont eu un entretien en marge des célébrations du génocide arménien. Une rencontre aimable et courtoise.
https://www.rtl.fr/actu/international/desormais-avec-poutine-c-est-du-donnant-donnant-dit-olivier-mazerolle-7777481239
2015-04-27 12:04:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/ZrCwmzuLYPL3bYj7aykv0Q/330v220-2/online/image/2014/0915/7774311121_olivier-mazerolle.jpg