3 min de lecture Russie

Crash d'un avion en Russie : ce que l'on sait de l'enquête

ÉCLAIRAGE - Un avion militaire russe s'est abîmé en mer Noire, dimanche 25 décembre au matin. Il n'y aurait aucun survivant parmi les 92 passagers.

L'avion russe Tupolev 154 (Illustration)
L'avion russe Tupolev 154 (Illustration) Crédit : STRINGER / INTERPRESS / AFP
Maxime Magnier et AFP

La Russie est en deuil, ce dimanche 25 décembre. Alors qu'il venait de décoller de Sotchi, en Russie, après s'être ravitaillé en kérosène, un avion militaire s'est abîmé en mer Noire. Il transportait 92 personnes, parmi lesquelles des membres des chœurs de l'Armée Rouge. Aucune n'aurait survécu.

Sur l'ensemble des passagers, figuraient donc 64 membres des chœurs de l'Armée Rouge, un important symbole russe et une fierté nationale. Les 28 autres personnes à bord étaient des membres de l'équipage, des journalistes, des hauts fonctionnaires civils ou encore la responsable d'une organisation caritative respectée en Russie.

À la suite de ce drame national, le président Vladimir Poutine a déclaré lundi 26 décembre une journée de deuil "sur l'ensemble du territoire de Russie" et prôné une "enquête soignée (...) pour déterminer les causes de la catastrophe". Une commission spéciale dirigée par le ministre des Transports, Maxime Sokolov, a également été créée à ces fins.

Que s'est-il passé ?

Le ministère de la Défense a expliqué que l'appareil, un Tupolev Tu-154, avait disparu des écrans-radars à 05H27 (02H27 GMT), deux minutes après son décollage de l'aéroport de Sotchi, sur les côtes de la mer Noire. Il se rendait à la base aérienne de Hmeimim, près de Lattaquié en Syrie, pour célébrer le Nouvel An avec les troupes russes déployées dans le pays en soutien du régime de Damas

À lire aussi
L'Amiral Kouznetsov, à quai à Murmansk, le 19 mai 2018 Russie
Russie : un incendie à bord de l'unique porte-avions russe

Le porte-parole de l'armée russe, Igor Konachenkov, a indiqué que des débris de l'appareil avaient été découverts à 1,5 km de la côte, à environ 27 mètres de profondeur, et qu'"il n'y [avait] pas de signes de survivants". Selon lui, plus de 3.000 personnes, 32 bateaux, 80 plongeurs, ainsi que cinq hélicoptères et des drones ont été dépêchés sur place. Igor Konachenkov a aussi précisé que onze corps avaient déjà été retrouvés ainsi que plus de 150 fragments de l'appareil. Selon le ministère des Transports, "l'identification des victimes sera effectuée à Moscou". Actuellement, les équipes du ministère tentant de localiser précisément où se trouvent chaque fragment et leur taille.

Quelles hypothèses ?

"Toutes les causes possibles (du crash, ndlr) sont examinées", d'après le ministre, qui a également jugé "prématuré" de parler d'une piste concrète. D'ores et déjà, plusieurs sources non-identifiées ont donné différentes explications aux agences de presse russes, allant d'une défaillance technique à une erreur de pilote. Néanmoins, les enquêteurs semblent écarter la piste terroriste. Toujours selon Maxime Sokolov, qui a précisé que les recherches se poursuivraient lundi, les boîtes noires "n'ont malheureusement pas été retrouvées".

L'appareil était-il vétuste ?

Le ministère russe de la Défense a indiqué que le Tupolev Tu-154 était exploité depuis 33 ans et comptait 6.689 heures de vol. Il avait été réparé pour la dernière fois en décembre 2014, et révisé en septembre 2016. De son côté, le Comité d'enquête russe, qui est chargé des principales investigations criminelles, a indiqué qu'une enquête criminelle avait été ouverte pour déterminer si des manquements aux règles de sécurité aérienne sont à l'origine du drame.

Le Tu-154, qui est de conception soviétique, a fréquemment été impliqué dans des accidents, comme en 2010. Cette année-là, un appareil de ce type transportant 96 personnes dont le président Lech Kaczynski et de hauts responsables polonais s'était écrasé dans l'Ouest de la Russie, ne laissant aucun survivant.

Qui sont les victimes ?

Toutes les identités ne sont pas connues. Sur les 92 passagers qui voyageaient à bord, une grande partie était membre des chœurs de l'Armée Rouge. Néanmoins, un nom a été dévoilé, celui d'Élizavéta Glinka, une figure humanitaire respectée. Surnommée "docteur Liza", sa disparition a provoqué des hommages de personnalités que tout oppose en temps normal, comme l'ancienne dissidente et militante des droits de l'Homme Lioudmila Alexeïeva, et le président de la République russe de Tchétchénie, Ramzan Kadyrov. À Moscou, les habitants ont déposé des fleurs et des cierges devant l'entrée de l'organisation de la femme de 54 ans, qui œuvrait pour les sans-abris, les enfants de l'Est ukrainien en guerre ou les sinistrés des terribles incendies de l'été 2010. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Russie Crash Avions
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants