1 min de lecture Corée du Sud

Corée du Sud : dans un mur de Séoul, une "boîte" pour abandonner son bébé

Une petite église de Séoul a installé depuis 2010 une "boîte à bébés" afin d'offrir un refuge pour les bébés abandonnés. Plus d'un millier de Sud-Coréens y ont abandonné leur enfant depuis 2010.

Une assistante maternelle s'occupe d'un bébé abandonné dans une église du sud de Séoul, le 24 mai 2017
Une assistante maternelle s'occupe d'un bébé abandonné dans une église du sud de Séoul, le 24 mai 2017 Crédit : JUNG YEON-JE / AFP
Océane Blanchard
Océane Blanchard
et AFP

Plus d'un millier de Sud-Coréens ont abandonné leur enfant depuis 2010 dans une "boîte à bébés". Il s'agit d'une niche rectangulaire à température contrôlée, aménagée dans le mur d'une maison de deux étages transformée, par une petite église de Séoul, en refuge pour bébés abandonnés. Ils y sont recueillis quelques jours avant d'être envoyés en orphelinat. 
                  
En garantissant l'anonymat, ce dispositif controversé permet aussi que l'abandon se fasse dans de meilleures conditions de sécurité et d'hygiène, puisque le dépôt d'un bébé déclenche une alarme qui alerte des assistantes maternelles. 

En moyenne, quatre bébés y arrivent chaque semaine, certains ayant encore leur cordon ombilical. Le pasteur Lee Jong-Rak, de l'église de la communauté de Jusarang, quartier populaire du sud de la capitale, a créé ce dispositif en 2010 en apprenant que des bébés finissaient dans la rue. "Certaines adolescentes accouchent dans des maisons vides ou des toilettes publiques. Elles emmaillotent leur bébé dans une vieille chemise ou une serviette et nous l'apportent", raconte-t-il. 

La Corée du Sud, vivier des adoptions internationales

Ravagé au sortir de la guerre (1950-1953), ce pays a connu un essor spectaculaire pour s'élever au rang de quatrième économie du continent. Et durant un temps, il a aussi été l'un des principaux viviers pour les étrangers cherchant à adopter. 

Pauvreté, faible réglementation, pays où on jalouse les lignées familiales "pures" et où l'on cultive l'idée d'une homogénéité ethnique: les enfants non désirés étaient légion. Ainsi, depuis les années 1950, les États-Unis en ont, à eux seuls, adopté 110.000. Mais paradoxalement, des changements législatifs destinés à renforcer les droits de ces enfants ont eu pour corollaire une hausse des abandons et placements en orphelinat, et un recul du nombre d'adoptions. 

À lire aussi
L'ambassadeur Harry Harris diplomatie
En Corée du Sud, la moustache de l'ambassadeur américain crée la polémique

Les agences d'adoption demandant de plus en plus de papiers officiels pour les enfants, beaucoup de familles ou de mères célibataires choisissent finalement d'abandonner leurs bébés dans cette "boîte" de l'église coréenne.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Corée du Sud Enfants Adoption
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants