1 min de lecture Pays-Bas

Contraception : Rotterdam veut l'imposer aux femmes "fragilisées"

Ce projet proposé par un élu chrétien-démocrate est très controversé aux Pays-Bas. Il pourrait concerner "400 mères potentielles".

Le lundi 26 septembre 2016 est marqué par la journée mondiale de la contraception
Le lundi 26 septembre 2016 est marqué par la journée mondiale de la contraception Crédit : I Stock
Philippe Peyre
Philippe Peyre

C'est un projet qui fait polémique aux Pays-Bas. L'adjoint au maire de la ville de Rotterdam, Hugo de Jonge, a proposé de modifier la législation pour qu'un juge puisse imposer la prise d'un contraceptif à des femmes dites "fragilisées". Par "fragilisées", comprenez des "droguées, sans abri, prostituées", a précisé Connie Rijlaarsdam, qui conduira l'expérience. Selon Le Monde, des femmes "souffrant de problèmes psychiques, d'une déficience mentale" seraient également concernées. 

Le but de ce projet est, selon les propos de l'élu chrétien-démocrate rapportés par le quotidien du soir, "d'éviter les cas de maltraitance ou de négligence dus au fait que ces mères sont incapables de s'occuper de l'enfant qu'elles mettent au monde". Les défenseurs de cette idée ont avancé comme argument que chaque année, des centaines de jeunes enfants sont placés et que des dizaines de cas de maltraitance s'avèrent mortels. 

Non souhaitable, inefficace, infaisable

Société royale de médecine néerlandaise (KNMG)
Partager la citation

Rotterdam va conduire une première expérience sur 160 femmes volontaires avant de l'étendre aux "400 mères potentielles", selon Connie Rijlaarsdam. Le ministère de la santé a pour le moment refusé de commenter ce projet mais a tout de même souligné le fait "qu'à l'heure actuelle, seul un juge peut décider de placer sous surveillance une femme enceinte qui connaît de graves difficultés"écrit le journal
Aux Pays-Bas, la ville de Tilbourg mène une initiative du même type mais qui consiste à l'accompagnement par les services sociaux des hommes et des femmes qui auraient accepté d'avoir recours à la contraception. La Société royale de médecine néerlandaise (KNMG), qui juge le projet de Rotterdam "non souhaitable, inefficace, infaisable", a approuvé cependant l'initiative menée à Tilbourg qui, selon eux, entend davantage convaincre que contraindre. L'un des responsables de la KNMG a également expliqué que le projet souhaité par l'élu serait contraire à la Convention européenne des droits de l'homme. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Pays-Bas Contraception Prostitution
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants