4 min de lecture Haïti

Comment l'ONU a répandu le choléra en Haïti

REPLAY - L'enquête de la Revue XXI dévoile comment les Casques bleus ont réintroduit cette maladie sur l'île, 150 ans après sa disparition.

BEGOT 245300 La Revue de Presse Amandine Begot iTunes RSS
>
Comment l'ONU a répandu le choléra en Haïti Crédit Image : Romain Boé | Crédit Média : Adeline François | Durée : | Date : La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
Journaliste RTL

Janvier 2010, Haïti  est dévasté par un séisme. Des casques bleus sont envoyés au secours des Haïtiens. Quelques mois plus tard, une épidémie de choléra commence à décimer la population. La maladie avait pourtant disparu totalement de l'île depuis 150 ans. Comment expliquer cette résurgence ? Une enquête sanitaire va permettre d'identifier le foyer infectieux : le bacille provient du campement d'un bataillon de Casques bleus venu du Népal, installé au bord d'une rivière. Les eaux usées de la base sont rejetées dans la rivière. C'est ainsi que le choléra va se répandre.  

L'épidémie va faire 9.000 morts et 800.000 cas de contaminationla Revue XXI raconte dans son nouveau numéro comment l'ONU vient de reconnaître son implication dans cette épidémie après 6 longues années de silence. Du bout des lèvres, car dans le même temps, l'organisation se retranche derrière son immunité pour débouter les victimes dont les indemnisations pourraient atteindre 35 milliards d'euros. La nuit dernière, l'ONU a appelé à une mobilisation d'ampleur  pour aider Haïti ravagée par l'ouragan Matthew. C'est bien le moins qu'elle pouvait faire. 

Double peine pour les Justes du Rwanda

À lire aussi dans la Revue XXI, sous la plume de Marie Darrieussecq qui  a rencontré à Kigali deux justes du Rwanda, Gaspard et Gratien. Deux Hutus qui ont sauvé des centaines de Tutsis pendant la guerre. 

À lire aussi
En Haïti, les habitants se battent face à la pénurie d'essence Haïti
Haïti : une grave pénurie d'essence met en colère les habitants

Gratien qui a sauvé 322 Tutsis raconte comment le matin du 7 avril 1994, deux garçons sont arrivés chez lui paniqués et lui ont demandé de les cacher. Il venait de finir la construction de sa maison avec de grandes toilettes dont la fosse de 15 m de profondeur n'avait pas encore été utilisée. Il les cachera là et en cachera 320 autres, leur apportant à manger chaque nuit avant de fuir avec eux. "Je n'ai jamais eu peur", dit-il aujourd'hui. "Je n'ai jamais douté, j'avais conscience que c'était un acte de résistance". Gratien a reçu un certificat le désignant comme Juste, un terme hérité de la notion de "juste parmi les nations" établies en 1953 pour honorer les personnes qui ont risqué  leur vie pour sauver des juifs. Il  bénéficie aussi d'une protection de l'État contre les autres Hutus. "Ils sont jaloux de mon certificat, ils ont des remords parce qu'ils auraient pu... Je suis leur mauvaise conscience"

Gaspard, lui, a caché dans sa maison 30 Tutsis. Lui aussi est protégé. Lui aussi se souvient de chaque jour, de chaque visite des hommes en arme. Lui aussi est menacé. "On me dit : 'les serpents que tu as cachés te mordront un jour'. Ils nous en veulent parce que nous ne sommes plus Hutus, et pas Tutsis non plus, nous sommes là, au milieu.

"Ggaspard et Gratien" , écrit Marie Darrieussecq, "sont les piliers d'un Rwanda rêvé, réconcilié, pardonné.." Un Rwanda qu'elle n'a pas encore vu.

Coup de froid sur les relations France - Russie

Il est partout en une des journaux ce matin : "Poutine à paris, les hésitations de Hollande", titre le Figaro. "Vladimir poutine, comment l'arrêter ?"  en une de Libération. "Tsar war", en une de 20 minutes. "Voilà une question plus embarrassante qu'il n'y paraît", écrit Laurent Bodin dans l'Alsace, "François Hollande doit-il recevoir Vladimir Poutine lundi à l'Élysée ? (...) Sauf à rompre toute discussion diplomatique avec la Russie la réponse est OUI. François Hollande doit saisir l'opportunité pour lui rappeler que la France a été la seule nation prête à s'engager avec les États-Unis pour intervenir militairement contre le régime syrien."

Mais, "comment accueillir celui que l'on menace de poursuivre, pour crime de guerre, devant la Cour pénale internationale", demande Xavier Brouet dans le Républicain Lorrain. C'est cornélien. Pierre Beylau sur le site du Point ironise : "Vladimir Poutine peut trembler de tous ses membres : François Hollande l'attend au tournant avec un gros bâton. Ces pitoyables rodomontades sombrent dans le ridicule. Faute de pouvoir peser sur les événements de Syrie, François Hollande se livre à une désastreuse surenchère anti-russe qui risque de mettre la France hors-jeu dans les tractations qui ne manqueront pas, in fine, de reprendre entre le Kremlin et la Maison-Blanche". C'est aussi ce que dit Yves Thréard dans le Figaro : "Cette salade russe ridiculise l'image de la France sur la scène internationale, aux considérations morales, la France doit préférer le pragmatisme."

Vos enfants vous mentent et vous les croyez

Êtes-vous capable de savoir quand votre enfant vous ment ? Oui, répondent à peu près 100% des parents en agitant le petit doigt, celui qui sait tout. Eh bien, une étude parue dans la très sérieuse revue Science et reprise ce matin par le site Atlantico vous le dit sans ambages : non, vous ne le savez pas

Une expérience a été menée avec 10.000 enfants et adultes et dans la moitié des cas les adultes n'ont pas su détecter le mensonge de l'enfant. C'est un peu la double peine, non seulement votre rejeton vous raconte des salades, mais en plus vous les avalez. L'étude nous dit surtout, qu'en fait, ce n'est pas si grave, parce que le mensonge suppose une volonté consciente et délibérée de tromper l’autre. Or, si un enfant peut mentir, il peut aussi raconter des choses qui ne sont pas vraies sans aucune intention de tromper, on appelle ça l'imagination, et n'oubliez pas qu'on a vu dans l'histoire des petits menteurs devenir des justes.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Haïti Choléra ONU
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785221525
Comment l'ONU a répandu le choléra en Haïti
Comment l'ONU a répandu le choléra en Haïti
REPLAY - L'enquête de la Revue XXI dévoile comment les Casques bleus ont réintroduit cette maladie sur l'île, 150 ans après sa disparition.
https://www.rtl.fr/actu/international/comment-l-onu-a-repandu-le-cholera-en-haiti-7785221525
2016-10-11 09:43:28
https://cdn-media.rtl.fr/cache/QNHPtY1azHgPBMahe7BK1Q/330v220-2/online/image/2015/0921/7779798695_adeline-francois.gif