1 min de lecture Chine

Chine : un employé de musée vole 143 œuvres en les remplaçant par ses copies

La justice chinoise accuse l'archiviste de l'Académie des beaux-arts de Canton d'avoir réalisé 5,15 millions d'euros de bénéfice en revendant les œuvres originales qu'il remplaçait par ses contrefaçons.

Une femme devant les œuvres de l'artiste Qi Baishi, un artiste copié et revendu par Xiao Yuan, le 6 octobre 2010.
Une femme devant les œuvres de l'artiste Qi Baishi, un artiste copié et revendu par Xiao Yuan, le 6 octobre 2010. Crédit : DALE de la REY / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Tel est pris qui croyait prendre. Chargé de la conservation de l'Académie des beaux-parents de Canton, dans le sud de la Chine, Xiao Yuan a volé pas moins de 143 œuvres d'art en les remplaçant par ses propres copies. Contrefaçons pour le moins réalistes, puisque d'autres ont jugé bon de les subtiliser en les remplaçant également par d'autres copies, de bien moindre qualité selon l'accusé arrêté par les autorités chinoises.

"Durant l'enquête, les policiers m'ont montré des photos de mes copies et j'ai réalisé que certaines avaient été remplacées, car la qualité du travail de ces gens était très médiocre", a expliqué l'homme de 57 ans devant les juges, selon une séquence vidéo du procès rendue publique.

Les scandales de contrefaçons d'œuvres courant en chine

Le faussaire, qui réalisait lui-même des peintures sur toile ou des calligraphies, a vendu 125 œuvres aux enchères, les policiers en saisissant 18 autres à son domicile. La justice l'accuse d'avoir réalisé 35 millions de bénéfices (5,15 millions d'euros). Parmi les artistes copiés et revendus par l'archiviste en chef du musée figurent le peintre Qi Baishi (1864-1957), dont le prix des œuvres flirte avec les montants atteints par Picasso ou Andy Warhol.


La maison de vente aux enchères China Guardian, deuxième plus importante de Chine, a confirmé compter parmi ses sources Xiao Yuan et avoir lancé des investigations sur les œuvres vendues par son intermédiaire. Les scandales liés aux contrefaçons sont courants dans le marché de l'art et les musées chinois. En 2013, les autorités de la province du Hebei (nord) avaient ainsi ordonné la fermeture d'un musée rempli d'objets contrefaits, dont un vase

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Chine Asie Arts et spectacles
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants