1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Bradley Manning exige de changer de sexe
2 min de lecture

Bradley Manning exige de changer de sexe

Pour avoir fourni des documents classés à Wikileaks, le soldat Bradley Manning avait écopé de 35 ans de prison l'année dernière, aujourd'hui depuis sa cellule, il exige un traitement pour changer de sexe.

Chelsea Manning, Bradley à l'époque, lors de son procès à Fort Meade aux Etats-Unis en août 2013 (archives).
Chelsea Manning, Bradley à l'époque, lors de son procès à Fort Meade aux Etats-Unis en août 2013 (archives).
Crédit : SAUL LOEB / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Elle s'appelait Brandley Manning à l'époque où elle a été condamnée à 35 ans de prison pour la plus grande fuite de documents de l'histoire des Etats-Unis par le biais de WikiLeaks, aujourd'hui, Chelsea Manning exige de bénéficier d'un traitement pour changer de sexe, sous peine de traîner le Pentagone devant les tribunaux.

Tout au long de son procès en cour martiale, ses troubles d'identité sexuelle avaient émaillé les débats. Sa défense avait souvent invoqué cette fragilité pour expliquer l'état d'esprit dans lequel se trouvait le jeune analyste du renseignement en Irak lorsqu'il avait transmis plus de 700.000 documents confidentiels à WikiLeaks. Et dès le lendemain de sa condamnation, le soldat Manning avait révélé au grand jour qu'il se sentait femme et voulait commencer un traitement "dès que possible".

En avril dernier, il avait reçu l'aval d'un juge pour changer son prénom de Bradley en Chelsea, et un mois plus tard le Pentagone disait étudier des pistes pour la transférer vers une prison civile où elle pourrait bénéficier d'un traitement hormonal.

Trainer le Pentagone en justice

Mais de la prison militaire du Kansas où elle est détenue, Chelsea Manning "ne reçoit pas le traitement qu'elle a demandé et rien n'indique que quoi que ce soit change bientôt", explique l'avocat Chase Strangio de la puissante Union américaine des libertés civiques. "Plus le temps passe, plus sa santé mentale et physique est en danger", s'alarme-t-il même. 

Pire, en n'obtempérant pas, le Pentagone "viole les droits de Chelsea Manning garantis par le Huitième amendement de la Constitution" qui proscrit les peines "cruelles ou inhabituelles". Du coup, Chase Strangio menace de porter plainte au nom de Chelsea Manning contre le Pentagone si rien n'est fait avant le 4 septembre prochain.

De son côté, l'armée américaine a confirmé que le commandement avait donné son feu vert "à un traitement médical pour un détenu atteint de troubles de l'identité sexuelle".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/