1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Birmanie : 2 morts dans des violences confessionnelles
1 min de lecture

Birmanie : 2 morts dans des violences confessionnelles

Deux personnes sont mortes en Birmanie dans l'attaque d'un commerce musulman par des bouddhistes.

Un pompier sur un marché incendié après une émeute, à Lashio, en Birmanie, le 30 mai 2013.
Un pompier sur un marché incendié après une émeute, à Lashio, en Birmanie, le 30 mai 2013.
Crédit : YE AUNG THU / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Le pays est secoué par des violences entre bouddhistes et musulmans depuis deux ans. Elles ont de nouveaux pris un tournant mortel, quand deux personnes ont été tuées à Mandalay, dans le centre de la Birmanie, a indiqué une source policière jeudi 3 juillet.

Lors de ces violences survenues après l'attaque d'un commerce musulman dont les propriétaires ont été accusés de viol, "il y a eu deux morts", a déclaré à l'AFP un responsable de la police de Mandalay, sous couvert de l'anonymat. Il n'a donné aucun détail sur l'identité des victimes ou les circonstances de leur mort.

Une foule de centaines de personnes a attaqué un commerce musulman

Les émeutes ont commencé mardi soir lorsqu'une foule de centaines de personnes armées notamment de pierres ont attaqué cette échoppe tenue par des musulmans. La police a dû utiliser des balles en caoutchouc pour disperser la foule armée de pierres, de bâtons et de couteaux, selon la presse officielle.

"Nous enquêtons sur les émeutes et nous prendrons des mesures contre ceux qui étaient impliqués", a assuré le chef de la police de Mandalay Zaw Win Aung, cité par le quotidien d'Etat New Light of Myanmar.

Le gouvernement civil fragilisé par les émeutes

À lire aussi

La Birmanie a été secouée depuis 2012 par plusieurs vagues de violences entre bouddhistes et musulmans ayant fait plus de 250 morts et 140.000 déplacés, principalement des musulmans. Ces émeutes ont porté une ombre au tableau des réformes du gouvernement quasi-civil qui a succédé à la junte dissoute il y a trois ans.

Les violences visant les musulmans de Birmanie, qui représentent au moins 4% de la population, ont été accompagnées de campagnes de moines bouddhistes radicaux appelant à boycotter les magasins musulmans ou encore réclamant des lois pour limiter les conversions et les mariages interreligieux.

Parmi eux le moine Wirathu qui avait posté sur sa page Facebook un message relayant quelques heures avant le début des violences les accusations contre les propriétaires de l'échoppe de Mandalay.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/