2 min de lecture Attentat à Berlin

Attentat à Berlin : la police locale suspectée de falsifications

La capitale allemande accuse la police locale d'avoir falsifié un document qui aurait pu permettre l'arrestation d'Anis Amri avant qu'il ne passe à l'acte et ne tue 12 personnes sur le marché de Noël.

Anis Amri, suspect principal de l'attentat de Berlin survenu le 19 décembre 2016
Anis Amri, suspect principal de l'attentat de Berlin survenu le 19 décembre 2016 Crédit : HANDOUT / POLICE JUDICIAIRE / AFP
Léa Stassinet
Léa Stassinet
et AFP

L'attentat au camion bélier survenu le 19 décembre sur le marché de Noël de Berlin aurait-il pu être évité ? C'est en tout cas ce que pensent les autorités. Une plainte contre X a été déposée et des sanctions disciplinaires ont été diligentées à l'encontre de la police judiciaire berlinoise, accusée d'avoir falsifié un document qui aurait pu conduire à l'arrestation du terroriste Anis Amri avant qu'il ne passe à l'acte et tue 12 personnes. 

"Selon les experts, les éléments (qui étaient alors en possession des policiers berlinois, ndlr) auraient suffi à obtenir un mandat d'arrêt du parquet", affirme le ministre de l'Intérieur allemand Andreas Geisel. La surveillance des communications téléphoniques d'Amri, suspendue fin septembre 2016 après plusieurs mois d'écoutes, avait en effet révélé qu'il se livrait à un trafic de stupéfiants en bande organisée, ce qui rendait son arrestation "tout à fait possible", selon le ministre. 

Or, un document établi par la police berlinoise "le 17 janvier 2017 mais visiblement antidaté au 1er novembre" 2016, manifestement pour tenter de masquer des négligences dans la surveillance, ne parle que de petits trafic". Des délits qui ne rendaient pas "l'interpellation d'Amri urgente", a ajouté Andreas Geisel, qui parle de "falsification" et de "soustraction de malfaiteur"

La pire attaque jihadiste commise sur le sol allemand avait révélé les failles du système fédéral où les compétences en matière de police ou de surveillance sont partagées entre les 16 États régionaux et l'État fédéral. Anis Amri, qui avait foncé sur la foule du marché de Noël de la capitale allemande au volant d'un camion, était parvenu à passer entre les mailles du filet, malgré la surveillance dont il avait fait l'objet. Le demandeur d'asile débouté qui avait fait allégeance au groupe État islamique, avait par ailleurs été emprisonné en Italie avant son entrée en Allemagne. Ayant réussi à s'enfuir juste après l'attentat meurtrier de Berlin, il avait été abattu le 23 décembre dernier par des policiers italiens à Milan. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentat à Berlin Berlin Police
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants