1 min de lecture Syrie

Attaque chimique en Syrie : un projet de résolution déposé à l'ONU

Après l'attaque au gaz toxique qui a fait au moins 58 morts et 170 blessés en Syrie, un projet de résolution à l'ONU porté par les États-Unis, la France et le Royaume-Uni demande des éclaircissements rapides.

Les services de secours après l'attaque chimique en Syrie, le 4 avril 2017
Les services de secours après l'attaque chimique en Syrie, le 4 avril 2017 Crédit : MOHAMED AL-BAKOUR / AFP
Christophe Guirard et AFP

La France, les États-Unis et le Royaume-Uni ont présenté mardi 4 avril un projet de résolution au Conseil de sécurité des Nations Unies, quelques heures après l'attaque au gaz toxique qui a fait près d'une soixantaine de morts à Khan Cheikhoun, dans la procince d'Idleb, située dans une zone rebelle du nord-ouest de la Syrie. Ce texte condamne vivement cette attaque et demande à ce que la lumière soit faite le plus rapidement possible sur les circonstances de cette offensive. Il demande également à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) de présenter dès que possible ses conclusions.

Le projet a été distribué aux quinze membres du Conseil à la veille d'une réunion d'urgence demandée par Paris et Londres à la suite de l'attaque. Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni entendent mettre cette résolution au vote pendant cette session de mercredi à New York, mais la position de la Russie restait mardi soir inconnue, ont indiqué des diplomates. Le texte "condamne dans les termes les plus forts l'usage d'armes chimiques" en Syrie, en particulier l'attaque de Khan Cheikhoun et demande que la commission d'enquête de l'OIAC, mandatée par l'ONU, commence immédiatement à travailler pour identifier les auteurs de cette dernière attaque.
 
Le projet de résolution demande également à la Syrie de fournir les plans de vol et toute information sur des opérations militaires au moment de l'attaque. Damas devrait également fournir les noms de tous les commandants d'escadron d'hélicoptères et ouvrir aux enquêteurs ses bases militaires d'où aurait pu être lancée l'attaque de mardi. Enfin, le texte menace d'imposer des sanctions en vertu du chapitre 7 de la charte des Nations unies. Moscou et Pékin avaient mis leur veto en février à une résolution du Conseil de sécurité qui aurait imposé des sanctions à Damas, déjà accusée d'avoir perpétré une attaque à l'arme chimique sur des villages syriens en 2014 et 2015.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Syrie ONU États-Unis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants