2 min de lecture Diplomatie

Alep : des sanctions contre la Russie sont possibles, selon Hollande

Le chef de l'État défend la "résolution humanitaire" visant à protéger les civils pris en tenaille à Alep, en Syrie.

François Hollande le 15 décembre lors d'un Conseil européen à Bruxelles.
François Hollande le 15 décembre lors d'un Conseil européen à Bruxelles. Crédit : Olivier Matthys/AP/SIPA
Eleanor Douet
Eléanor Douet
et AFP

François Hollande a affirmé jeudi 15 décembre dans la soirée à Bruxelles qu'il "n'imagin(ait) même pas" que la Russie puisse s'opposer à la "résolution humanitaire" que la France entend désormais faire adopter par le Conseil de sécurité des Nations unies au sujet de la situation en Syrie. Des sanctions de l'Union européenne font "partie des options qui pourraient être ouvertes" mais "nous n'en sommes pas là", a poursuivi le chef de l'État devant la presse, à l'issue d'un sommet européen. Selon lui, toutefois, "le Conseil européen aurait à se prononcer dans les prochaines semaines" en cas de nouvelles "violations des droits humanitaires les plus élémentaires".

"Plusieurs fois, la Russie a mis son veto (à des résolutions sur la Syrie, NDLR), mais là, la Russie mettrait son veto à une résolution dont la finalité serait humanitaire ? Quelle responsabilité elle prendrait si elle allait jusque-là !", s'est exclamé le chef de l'État français. "Je n'imagine même pas qu'il soit possible de le faire", a-t-il assuré. Il s'agit "en l'occurrence de sauver les populations alors même que les combats ont quasiment cessé", de "nourrir une population estimée de 50 à 100.000 personnes" à Alep et "de soigner des enfants, des vieillards", a-t-il fait valoir.

Oui, c'est un dictateur qui a voulu massacrer son propre peuple.

François Hollande à propos de Bachar al-Assad
Partager la citation

"Ce n'est pas un manque de dialogue qui est responsable de la situation, le fait qu'on aurait voulu écarter une partie prenante", la Russie, a soutenu François Hollande, questionné sur les griefs formulés par le candidat conservateur à l'élection présidentielle de 2017 en France, François Fillon. "Non, il ne suffit pas de parler à Vladimir Poutine", a-t-il insisté. "Ce que voulait la Russie, c'est l'écrasement de l'opposition" modérée avec "une confusion toujours entretenue entre l'opposition et les groupes terroristes", a encore accusé François Hollande. Quant à Bachar al-Assad, "a-t-on voulu l'écarter ?", s'est-il interrogé : "Oui, c'est un dictateur qui a voulu massacrer son propre peuple". "Jusqu'au mois de mai prochain, je continuerai à tenir la ligne" de la "recherche d'une solution politique" en "associant toutes les parties prenantes et en en écartant aucune", a poursuivi le président en fin de mandat.

Le Conseil de sécurité se réunira en urgence vendredi, à la demande de la France, pour examiner la situation humanitaire dans la deuxième ville de Syrie. La France, a précisé François Hollande, souhaite une résolution donnant "un cadre de droit" au déploiement d'observateurs internationaux. Des milliers de civils et de rebelles ont été évacués jeudi d'Alep, un mois après une offensive dévastatrice du régime soutenu par la Russie et l'Iran et qui s'apprête à proclamer sa plus importante victoire dans la guerre avec la reprise totale de la grande métropole du nord de la Syrie. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Diplomatie Syrie Alep
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants