1 min de lecture Faits divers

Airbnb : ils trouvent une caméra dans le radio-réveil de leur appartement

Taryn et Dougie ont porté plainte auprès du site de réservation contre le propriétaire, qui avait caché une caméra dans un radio-réveil de son appartement. L'enquête a été confiée à la police de Toronto.

Le radio-réveil était muni d'une mini-caméra cachée
Crédit Image : Facebook @Dougie Hamilton

Taryn Vernoy et Dougie Hamilton ne s'attendaient certainement pas à devoir fuir l'appartement qu'ils ont loué pour une nuit sur Airbnb, lors de leur séjour à Toronto (Canada). Le mardi 6 septembre, alors qu'ils s'installent dans l'appartement, Dougie s'assoit sur le canapé et remarque un radio-réveil tourné à la fois face au salon et à la chambre à coucher, qui n'a pas de porte, rapporte 7sur7.

"J'ai regardé le réveil pendant environ dix minutes. Il y avait quelque chose qui me mettait mal à l'aise. Il était connecté à un câble, comme un chargeur de téléphone. Je trouvais ça bizarre". 

Faisant le récit de sa découverte dans un post Facebook, Dougie Hamilton précise qu'il avait justement regardé, quelques semaines auparavant, une vidéo Youtube qui présentait les différentes manières de cacher des caméras dans les objets du quotidien, tels que des stylos, des peluches ou des horloges.

Face à ce radio-réveil suspect, Dougie hésite : "Est-ce que je veux vraiment être le fou qui vérifie s'il y a une caméra dans une horloge numérique ?" Il décide malgré tout de débrancher l'appareil, fait coulisser la face avant de l'horloge et découvre bel et bien une mini-caméra.

Interviewé par 7sur7, le jeune homme explique : "Nous ne savions pas si le propriétaire nous voyait. C'était vraiment effrayant et nous ne voulions plus rester sur place". Après avoir porté plainte, le couple s'est vu rembourser la location dudit appartement et offrir, par Airbnb, une nuit dans un hôtel de luxe. 

Après avoir posté son histoire sur les réseaux sociaux, et réalisé quelques recherches, Dougie Hamilton se rend compte que ce radio-réveil espion se vend sur internet, à des prix variant de 30 à 120 euros
Pour le propriétaire, qui dispose également de cinq autres appartements, toutes les réservations de ses biens ont été annulées. Le site de réservations Airbnb a ouvert une enquête. L'affaire a également été transmise à la police de Toronto. 

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés