2 min de lecture International

Affaire Snowden : le Brésil convoque un sommet international inédit sur internet

Le Brésil inaugure un sommet international inédit sur internet, qui doit mettre en places les principes d'une gouvernance mondiale.

La présidente du Brésil Dilma Rousseffserait devancée par le candidat social-démocrate brésilien Aecio Neves. (illustration).
La présidente du Brésil Dilma Rousseffserait devancée par le candidat social-démocrate brésilien Aecio Neves. (illustration). Crédit : GEORGES GOBET / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Courroucée par le scandale des écoutes de la NSA, la présidente brésilienne Dilma Rousseff convoque ce mercredi à Sao Paulo un sommet international sans précédent voué à remettre en cause la tutelle américaine sur la gouvernance de l'internet.

Évènement fondateur

Ce NETmundial de deux jours s'impose déjà comme un évènement fondateur. Par son audience : les représentants de 87 pays y côtoient universitaires, instituts techniques, acteurs privés et ONG. Mais aussi par son ambition : l'établissement de principes de gouvernance et d'une feuille de route validés pour la première fois par tous les acteurs de la toile.

Une démarche jugée opportune par les acteurs du net au moment où le réseau vient de souffler ses 25 bougies avec, selon l'ONU, un tiers de l'humanité potentiellement connectée. Pour Brasilia, l'objectif est avant tout de s'affranchir de l'hégémonie américaine sur les instances de régulation d'internet. Une démarche motivée par le scandale de l'espionnage des courriels de Dilma Rousseff et de ses collaborateurs par l'Agence américaine de sécurité (NSA).

"Nous avons besoin d'un changement maintenant"

"Le Brésil veut insister avec force sur un processus de changement de la gouvernance d'internet", a résumé devant la presse Diogo Sant'Ana, secrétaire général de la présidence du Brésil. "Nous avons besoin d'un changement maintenant", a-t-il insisté.

À lire aussi
Bill Gates, le cofondateur de Microsoft entreprises
Bill Gates, patron de Microsoft, redevient l’homme le plus riche au monde

Ce mardi soir, Brasilia a confirmé son statut de pays à l'avant-garde de la défense de la confidentialité avec le vote par le Congrès d'un "Cadre civil" établissant des droits et devoirs pour les pouvoirs publics, les entreprises et les usagers du web.

Présenté par le gouvernement comme une véritable "Constitution de l'internet", le texte garantit la liberté d'expression mais surtout la protection de la confidentialité de l'usager contre toute violation et utilisation indue de ses données, désormais passibles de sanctions ad-hoc.

Washington joue le jeu

Pour des raisons principalement historiques, les Etats-Unis contrôlent ou hébergent les principaux organismes administrant les adresses, noms de domaines, normes et protocoles du web, ce qui provoque depuis plusieurs années frustrations et grincements de dents parmi les acteurs du net et certains gouvernements.

Longtemps inflexibles, les Etats-Unis ont plié sous la pression diplomatique le mois dernier en cédant du terrain sur la supervision de l'Icann ("Internet Corporation for Assigned Names and Numbers"), l'organisme qui délivre notamment les noms de domaine sur internet, comme .com ou .gov, et dont le siège se trouve en Californie.

Affichant sa volonté de collaborer au NETmundial, Washington a été associé à son organisation avec 11 autres pays. Ce mardi, le Département d'Etat s'est dit "enthousiaste" à l'idée de "développer une vision partagée pour un modèle multi-acteurs de la gouvernance d'internet en quête d'un système plus ouvert, participatif et réactif".

Donner une direction à internet

Baptisé NETmundial en cette année de Coupe du monde au Brésil, cette réunion internationale s'est donnée comme délicate mission de concilier les intérêts de pays victimes de l'espionnage de la NSA (Brésil, Allemagne, Mexique...), d'Etats contrôlant accès et contenu internet (Chine), d'acteurs privés jalousant leur liberté (Google) et de libertaires radicaux (WikiLeaks).

Face à une telle gageure, beaucoup craignent que le document final soit dénué de substance. Mais même s'ils ne seront pas contraignants, ces principes auront le mérite de marquer le point de départ d'une véritable gouvernance mondiale.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
International Internet NSA
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants