1 min de lecture Facebook

Il faut 32 heures pour lire les conditions générales d'utilisation de 33 applications

REPLAY - CLICS À LA UNE - À quoi s'engage-t-on quand on télécharge une application sur son portable? Pour démontrer leur "absurdité", des Norvégiens ont lu sans interruption les conditions générales d'utilisation d'une trentaine d'apps comme Tinder et Twitter, un marathon de près de 32 heures.

micro générique Clics à la une La rédaction de RTL
>
Il faut 32 heures pour lire les conditions générales d'utilisation de 33 applications Crédit Image : AFP / Archives, Thomas Coex | Crédit Média : Julien Absalon / RTL.fr | Durée : | Date : La page de l'émission
Julien Absalon
Julien Absalon
Journaliste RTL

Lorsque vous installez Facebook, Instagram, Twitter et autre application web sur votre smartphone, il vous est toujours demandé de lire et d'approuver les conditions générales d'utilisations. Or, il s'agit bien souvent d'un énorme pavé qui vous explique ce que vous avez le droit de faire ou pas avec l'application, mais dans un langage juridique soutenu généralement incompréhensible pour le commun des mortels. D'ailleurs, la plupart du temps, personne ne lit ce texte...

Pour dénoncer cette mascarade, des membres du Conseil norvégien des consommateurs se sont relayés pour lire sans interruption les conditions générales d'utilisation d'une trentaine d'applications. Le chiffre n'a pas été choisi au hasard car il représente le nombre d'applications installées en moyenne sur le smartphone d'un Norvégien.

Mais comme il y avait 260.000 mots à lire, sur 900 pages, la lecture de ces conditions d'utilisation a duré très exactement... 31 heures, 49 minutes et 11 secondes ! Un vrai marathon. Pour vous faire une idée, c'est plus long que le Nouveau Testament.

Avec cette opération, les organisateurs espèrent que Facebook, Twitter et consorts vont réagir pour simplifier ces textes. "L'objectif est de montrer que les conditions d'emploi des services numériques, applications ou autres, sont déplorables. Elles sont beaucoup trop longues et inintelligibles", a expliqué à l'AFP le responsable des questions numériques du Conseil, Finn Myrstad. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Facebook Twitter Réseaux sociaux
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants