1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Vivendi en passe de croquer Gameloft
2 min de lecture

Vivendi en passe de croquer Gameloft

ÉDITO - La maison mère de Havas et Canal+ a décidé de revenir dans les jeux vidéo en mettant la main sur une pépite française. Est-ce une lubie ou une nouvelle stratégie ?

Un homme joue à un jeu de Gameloft
Un homme joue à un jeu de Gameloft
Crédit : SIPA
Vivendi en passe de croquer Gameloft
03:13
Vivendi en passe de croquer Gameloft
03:22
Loïc Farge
Loïc Farge

Vivendi s’est séparée d’Activision, le leader mondial des jeux vidéos, contre un chèque de 6 milliards il y a quelques années. Et voilà qu’à la faveur d’une opération hostile, il s’empare d’une très belle PME, Gameloft, créée par les fondateurs d’Ubisoft, le porte-drapeau tricolore des jeux vidéo. Pour expliquer ce retour vers le futur, il faut d’abord bien voir que si c’est la même société qui monte au front, ce n’est plus le même général. Aujourd'hui, c’est Vincent Bolloré qui fait la loi. Gameloft, qu’il va payer deux fois plus cher que sa valeur en Bourse, c’est à la fois le deuxième éditeur mondial de jeux sur mobile en volume d’activité et une entreprise qui n'est pas financièrement à la hauteur de ses performances comme éditeur de jeux vidéo.

Gameloft a dans sa besace 21 millions de joueurs actifs par jour. Quand vous contrôlez l’agence publicitaire Havas, ce sont autant de cibles captives. Gameloft c’est aussi une maîtrise technologique très pointue dans l’analyse des clientèles. Ses ingénieurs ont développé une denrée rare : des algorithmes de ciblage à la hauteur de ceux de Google et de Facebook.

Ubisoft dans le viseur

Tout cela va très utilement compléter la palette de Vivendi. Le Goliath est présent dans la musique, l’Internet avec Dailymotion, le cinéma avec Canal+, mais totalement absent des loisirs vidéo, surtout ceux sur les mobiles. Or les jeux et la pub pour terminaux mobiles c’est le futur pétrole de toute cette industrie du divertissement. Mais pour que cette prise d’assaut de Gameloft prenne toute sa puissance, il faudra que Vivendi avale dans la foulée Ubisoft, l’éditeur des Lapins crétins et autres succès internationaux, le véritable champion tricolore des jeux vidéo. C’est évidemment l’objectif ultime de toute cette opération.

Gameloft comme Ubisoft sont des entreprises de créateurs. C’est risqué s’ils s’en vont. C’est le facteur X de cette industrie. Les développeurs sont très attachés à leur liberté. Vivendi n’a jamais pu piloter Activision à sa main car les créatifs américains ne l’ont pas accepté. Si les cracks de Gameloft trouvent que le géant est trop pesant, ils feront leur valise pour d’autres aventures.

Le bloc-notes

À lire aussi

 Les Français sont actuellement les champions d'Europe de l'épargne et les bonnets d'âne de l'investissement.

La note du jour

06/20 à Pierre Bédier. Le président du département des Yvelines bat tous les records d'augmentation de la taxe foncière : +66%.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/