2 min de lecture Économie

Vers un plan d'économies de 3 milliards d'euros dans le budget des hôpitaux

Habituellement fixés au 1er mars par le gouvernement, les tarifs hospitaliers de l'année 2015 n'ont toujours pas été publiés dimanche. Dans le même temps, "Challenges" publie les principales pistes ministérielles pour arriver à 10 milliards d'économies.

À l'hôpital Necker (15e), les Frère Chapuisat vous proposent de voyager vers les étoiles sous une coupole.
À l'hôpital Necker (15e), les Frère Chapuisat vous proposent de voyager vers les étoiles sous une coupole. Crédit : LIONEL BONAVENTURE / AFP
Claire Gaveau
Claire Gaveau
et AFP

C'était attendu mais les hôpitaux vont être au régime sec. Le gouvernement a arrêté la répartition de son plan d'économies de 3 milliards d'euros prévu pour les hôpitaux d'ici à 2017, d'après un document du ministère de la Santé publié par le magazine Challenges.

La maîtrise de la masse salariale constitue l'une des principales sources d'économies. Elle rapporterait à elle seule 860 millions d'euros soit l'équivalent de 22.000 postes et 2% des effectifs de la fonction hospitalière. La Fédération hospitalière de France (FHF) rappelle de son côté que la masse salariale peut devenir un levier, les dépenses de personnel représentant près de 70% du budget des établissements de santé. 

Développement de la chirurgie ambulatoire

Outre la masse salariale, le plan d'économie annonce une mutualisation des achats des hôpitaux et l'obtention de meilleurs tarifs auprès des fournisseurs qui devrait rapporter 1,2 milliard, les  rapprochements entre hôpitaux voisins environ 450 millions d'euros, et la réduction des durées d'hospitalisations avoisinerait les 600 millions, rapporte le magazine.

Concernant cette dernière volonté, le plan vise à développer la chirurgie "ambulatoire" qui permet une sortie de l'hôpital le jour même de l'opération. Elle pourrait générer 400 millions d'euros. 

Dégager 10 millions d'euros d'ici 2017

À lire aussi
Donald Trump
États-Unis : le Congrès humilie Trump en votant le budget de la Défense malgré son veto

Le ministère de la Santé a précisé que "les économies doivent s'entendre non pas comme une réduction des dépenses mais comme une évolution maîtrisée de l'augmentation des dépenses". Les efforts ne vont donc pas forcément se traduire par des coupes budgétaires ou des réductions de personnels, mais par un frein à la hausse des dépenses de santé. 
Celles-ci augmentent naturellement chaque année en raison du vieillissement de la population et de l'augmentation des pathologies chroniques. Leur progression est limitée chaque année par l'Objectif national des dépenses de l'Assurance maladie (Ondam) qui ont été fixées à 2,1% par le gouvernement en 2015. 
"Les efforts visent tous les secteurs d'activité, pas seulement le secteur hospitalier" a commenté le ministère, assurant que "des travaux visant l'amélioration des organisations et des pratiques sont toujours en cours". En avril dernier, la ministre de la Santé Marisol Touraine avait présenté dans les grandes lignes son plan pour dégager 10 milliards d'euros d'économies pour l'Assurance maladie d'ici à 2017.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Santé Hôpitaux
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants