1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Scandale Volkswagen : l'ex-président Martin Winterkorn perçoit encore son salaire au sein du groupe
2 min de lecture

Scandale Volkswagen : l'ex-président Martin Winterkorn perçoit encore son salaire au sein du groupe

Martin Winterkorn, qui a quitté en septembre 2015 son poste de PDG de Volkswagen après le scandale des moteurs diesel truqués, possède toujours un très juteux contrat jusqu'en 2016.

Le patron démissionnaire de Volkswagen Martin Winterkorn le 13 mars 2014 à Berlin.
Le patron démissionnaire de Volkswagen Martin Winterkorn le 13 mars 2014 à Berlin.
Crédit : JOHANNES EISELE / AFP
Julien Absalon & AFP

Le scandale Volkswagen continue de faire des remous. Après les révélations sur le trucage des moteurs diesel, Martin Winterkorn avait décidé en septembre de mettre un terme à ses fonctions de PDG du constructeur automobile allemand. Pour autant, deux médias allemands affirment que l'ex-dirigeant est toujours sous contrat jusqu'à la fin de l'année 2016 et qu'il perçoit toujours son salaire plancher de 1,62 millions d'euros mensuels. Une somme conséquente qui ne prend pas en compte les importants bonus qui continuent à être versés selon toute vraisemblance.

Le journal économique Handelsblatt et une émission de la chaîne de télévision publique ZDF appuient leur enquête sur des sources proches du conseil de surveillance de Volkswagen. Ils ont ainsi acquis la certitude que l'entreprise allemande, désormais dirigée par Matthias Müller, préfère ne pas résilier le bail de son ex-patron afin de s'éviter une longue procédure judiciaire potentiellement très médiatique.

Les salariés de Volkswagen ont tiré un trait sur leurs primes de 2016

Quant à Martin Winterkorn, il ne semble "pas prêt à renoncer de lui-même" à ce contrat très lucratif, dixit les deux médias allemands. Patron le mieux payé d'Allemagne en 2014 avec 15,9 millions d'euros touchés, l'homme de 68 ans avait quitté son poste pour préserver "l'intérêt de la société". Il a cependant toujours nié avoir eu connaissance de l'existence du logiciel espion qui avait été installé sur 11 millions de voitures dans le monde entier.

Ces nouvelles informations écornent un peu plus l'image de Volkswagen, qui était considérée comme un modèle de réussite pour l'industrie allemande. Nul doute que ces indiscrétions passent très mal après des salariés allemands de la marque qui ont dû renoncer à leurs primes en 2016, à cause des mauvais résultats financiers consécutifs à l'éclatement du scandale.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/